Belgique La Cour constitutionnelle avait rendu un arrêt ambigu. Une chambre correctionnelle a remis de l’ordre.

Bien des juristes s’interrogeaient : comment interpréter l’arrêt de la Cour constitutionnelle qui, en décembre dernier, a mis à néant la correctionnalisation quasi généralisée des crimes ? Les chambres correctionnelles qui avaient déjà entamé l’examen de dossiers de meurtre et d’assassinat allaient-elles se déclarer incompétentes ?

La 90e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles - celle qui par ailleurs juge Salah Abdeslam - a dit jeudi qu’elle était bien compétente. Dans la foulée, elle a prononcé son jugement à l’encontre d’un homme poursuivi pour le meurtre de son épouse.

(...)