Belgique

Un nouveau rapport vise Veviba. L'abattoir aurait, selon les informations du parquet provincial du Luxembourg reprise par le journal Le Soir, vendu de la viande classique en la faisant passer pour de la bio. Une opération permettant d'augmenter ses marges.

Pour rappel, la société Veviba, propriété du groupe Verbist, a perdu le 7 mars son agrément pour l'exploitation de la salle de découpe et des entrepôts frigorifiques (mais pas de l'abattoir) de Bastogne, installations qui appartiennent aux pouvoirs publics wallons. Le patron de Veviba se défend et dénonce quant à lui une "chasse à l'homme". L'enquête est toujours en cours.