Belgique

Le président de la N-VA Bart De Wever ressent avant tout de la colère après les attentats qui ont frappé Bruxelles. "J'ai la rage de savoir qu'une telle chose peut se produire. Que de tels gens, nés ici, agissent de la sorte, des gens qu'on a choyés durant toute leur vie, bien plus qu'ils ne l'auraient été partout ailleurs dans le monde", a-t-il affirmé, manifestement bien informé sur leur parcours.

S'exprimant sur VTM, Bart De Wever s'est également dit en colère car, selon lui, les suspects "continuent souvent à bénéficier de soutien au sein de leur propre communauté" et parce que certains persistent à vouloir protester quand des suspects d'actes terroristes sont arrêtés.

Le président de la N-VA a rejeté les analyses selon lesquelles "la société serait coupable de n'avoir pas mieux pris en charge ces jeunes". De telles analyses "me mettent hors de moi", a-t-il conclu.


Khattabi: "De Wever prépare les prochains recrutements de l'Etat islamique"

La co-présidente d'Ecolo Zakia Khattabi s'est insurgée mercredi contre les propos de Bart De Wever. Selon elle, ces déclarations préparent les prochains recrutements de l'Etat Islamique (Daesh). "Bart De Wever prépare les conditions des prochains recrutements de l'Etat islamique. Même dans ses troupes, que ce soit Jan Peumans ou Jan Jambon, on semble avoir compris la nécessité de rassembler la communauté nationale. Lui, il choisit de diviser en visant une communauté. Or, l'Etat islamique se nourrit des divisions", a déclaré Mme Khattabi.

L'écologiste dénonce l'affirmation selon laquelle une "communauté" aurait protégé des terroristes. Les faits montrent qu'il s'agit de personnes unies par leur appartenance au milieu du banditisme, souligne-t-elle. Ce faisant, le président des nationalistes flamands retire une partie de la population de la communauté nationale. "Daesh s'adresse aux jeunes qu'il recrute en leur faisant croire qu'ils ne font pas partie de la communauté nationale", a fait remarquer Mme Khattabi.

La co-présidente des Verts s'en prend également à cette idée d'une "communauté" protectrice de terroristes parce qu'il y aurait des origines communes. Sans la nommer explicitement, M. De Wever semble viser la communauté musulmane.

"Qui vise-t-il? Il laisse planer le doute. Il y avait des gens de la communauté musulmane dans le métro ou à l'aéroport. La communauté dont il parle n'existe pas, ce sont des criminels qui se protègent entre eux", a encore dit Mme Khattabi.