De Wever: "Une prison belge au Maroc"

A.C. Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Belgique

Le Masterplan prison 2016 prévoit, entre autres, la construction de sept nouveaux établissements pénitentiaires. À Marche-en-Famenne (qui doit ouvrir ses portes le 17 octobre prochain), Termonde, Leuze-en-Hainaut et Beveren notamment. Pas mal… Mais le président de la N-VA et bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever, estime qu’il faudrait également en bâtir une au… Maroc !

"Si j’avais été ministre de la Justice, j’aurais déjà essayé depuis longtemps de construire une prison belge au Maroc", explique-t-il dans le magazine flamand Humo qui l’interrogeait sur la politique sécuritaire de sa ville. "Il y a près de 1.200 Marocains derrière les barreaux dans notre pays. De quoi remplir une prison complète…"

Comment convaincre les autorités marocaines ? Un tel investissement "signifie la création d’emplois. C’est de cette façon que nous pourrions nous lancer. Il faut construire quelque chose qui puisse aussi profiter aux Marocains".

"C’est le genre d’idée qui est parfaitement en phase avec la ligne du gouvernement flamand", raille le cabinet de la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom (Open VLD) - la N-VA fait partie de la majorité en Flandre, au contraire des libéraux. "Beaucoup de grandes idées, des plans sur le long terme, mais aucune réalisation concrète. Nous, nous préférons travailler sur des choses concrètes : meilleure exécution des peines, augmentation des capacités, etc."

En outre, il existe déjà aujourd’hui un accord bilatéral entre la Belgique et le Maroc visant à permettre aux détenus marocains de purger leur peine dans leur pays d’origine. Le hic ? Ces derniers doivent donner leur accord. Ce qui est très rarement le cas.

"On ne peut plus continuer à ouvrir les robinets", estime Bart De Wever. "Devons-nous encore signer une loi pour constater ensuite que seulement une quinzaine de personnes purgent leur peine au Maroc ? Ce n’est pas comme ça qu’on y arrivera."

Concernant la problématique du trafic de drogue, il constate que sur les 135 dealers illégaux (étrangers sans titre de séjour), seulement sept ont été rapatriés dans leur pays. "La situation est dramatique pour les criminels en situation illégale."

L’idée du nationaliste, outre l’ouverture d’une prison au Maroc, serait de créer un centre pour les criminels illégaux.

Enfin, il propose de réinstaurer la loi - abolie en 1993 - sur le vagabondage (visant à faire enfermer les mendiants et les SDF). Mais en lui donnant "une interprétation contemporaine".

Une copie du Vlaams Belang ?

L'homme fort du Vlaams Belang, Filip Dewinter, a mouché Bart De Wever, ce mardi, sur Twitter. Il a rappelé à ses followers que cete proposition avait déjà été faite par le parti extrémiste flamand voici deux ans déjà... "L'original est mieux que la copie", conclut Dewinter sur son compte. 

Même réaction chez les socialistes. "De Wever se radicalise sur les étrangers. Il flirte clairement avec les idées du Vlaams Belang. La peur des sondages", a souligné M. Moureaux. "Bart De Wever? Une pâle copie du Vlaams Belang", a renchéri Mme Lalieux.

Interrogée dans "Le Soir", la députée Marie-Christine Marghem (MR) a elle aussi dénoncé cette idée, en parlant "d'optique raciste" et d'"idée simpliste". Même si le Maroc acceptait que la Belgique construise une prison sur son sol, il pourrait refuser que ses ressortissants y soient enfermés.

La ministre de la Justice, Annemie Turtelboom (Open Vld), s'est également interrogée sur une telle proposition. Selon elle, le nombre de Marocains dans les prisons belges s'élève à 800, dont 180-190 qui entrent en ligne de compte pour purger leur peine au Maroc. Et de rappeler le précédent italien. L'Italie a fait construire en Albanie une prison pour y envoyer des détenus albanais. La seule construction du bâtiment a coûté 8 millions d'euros pour... 30 prisonniers depuis 2003. 


Publicité clickBoxBanner