Belgique

UNE DES PERSONNALITÉS LES PLUS MARQUANTES des sciences politiques dans l'après-guerre, vient de mourir à l'âge de 82 ans. Jules Gérard-Libois fut un historien de l'actualité, un homme de médias commentant les élections à la RTBF et un homme d'analyses, via les célèbres courriers hebdomadaires du Crisp qu'il créa en 1958.

Né en 1923, il a fait des études de droit à l'université de Liège. Au lendemain de la guerre, il devient rédacteur en chef de l'édition belge de «Témoignage chrétien», ce qui le place parmi les chrétiens progressistes. Il participe à la création des groupes «Esprit» en Belgique, sous l'égide d'Emmanuel Mounier, avec Jean Ladrière, Jacques Taminiaux et François Perin. Il est journaliste à «La Cité» de 1950 à 1957, mais il se rend compte qu'il manque un outil d'analyse sur les réalités politiques belges.

Avec Ladrière, Perin et Jean Neuville, il fonde le Crisp fin 58. Une vraie révolution à une époque où la science politique était encore embryonnaire. Il publie aussi des livres marquants comme «La décision politique en Belgique» en 1965 qui a marqué toute une génération et en 1970, «L'An 40» avec José Gotovitch. Il créera par la suite la collection de livre d'histoire, Pol-His. Homme de médias, au langage clair et rigoureux, il commente en direct à la RTBF, les résultats des élections avant de céder ce rôle à son successeur au CRISP, Xavier Mabille. Il se passionnait aussi pour le Congo, publiant via le Crisp, des numéros spéciaux sur ce pays. Il vint encore témoigner comme expert, lors des séances de la commission d'enquête sur la mort de Lumumba.

© La Libre Belgique 2005