Belgique

Les parents de Mawda, la fillette kurde de deux ans victime d'un tir policier alors qu'elle se trouvait avec d'autres migrants dans une camionnette, ont déposé une demande de régularisation humanitaire, a confirmé mercredi l'avocate Mieke Van den Broek, du réseau Progress Lawyers Network. La demande a été introduite dans la commune où ils séjournent. Auparavant, ils avaient déposé leur demande directement auprès du secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration Theo Francken (N-VA), ce qui n'était pas la procédure requise. Il appartient à présent à l'Office des étrangers d'examiner la requête.

La régularisation humanitaire (9bis) est une autorisation de séjour de plus de trois mois. C'est une procédure pour circonstances exceptionnelles. Elle est utilisée pour des situations où les personnes n'entrent pas dans les conditions des autres formes de permis de séjour mais ont tout de même une raison de rester en Belgique.

Dans une lettre ouverte au Premier ministre Charles Michel, les recteurs des universités belges disaient la semaine dernière appuyer la demande de régularisation définitive de la famille de Mawda. Les onze signataires exprimaient aussi leur préoccupation "devant le climat actuel à l'égard des migrants qui conduit à une dégradation progressive du respect dû aux personnes et de la protection des plus vulnérables dans nos sociétés".

L'enfant de deux ans avait été mortellement touchée à la tête par une balle de la police tirée vers la camionnette dans laquelle ses parents kurdes irakiens et d'autres migrants tentaient de fuir les forces de l'ordre.