Belgique

C'est Pascal de Roubaix, un de ses anciens compagnons de route qui l'a annoncé sur son blog "Le Beffroi" : Robert Hendrick est décédé à l'âge de 73 ans. Avec lui disparaît une des figures de proue de l'Union démocratique pour le respect du travail qui entendait défendre les intérêts des indépendants et des classes moyennes dans une optique très libérale.

Pascal de Roubaix qui fut député du parti de décembre 1978 à novembre 1991 avait été rapidement séduit par Robert Hendrick qui entendait changer la politique. "Ce fut le début d’une collaboration de tous les jours qui dura une douzaine d’années et se transforma en une amitié profonde et pleine d’humour, faite de confiance, de gratitude et d’admiration réciproque" explique le premier à propos du défunt.

"Ce fut sans aucun doute le soutien inconditionnel de Victor Pauwels, le pape des milieux indépendants de l’époque, et les 70.000 abonnés à 'La Défense sociale' qui, en pariant sur son énergie naturelle et sur un charisme incontestable, lui permirent d’être élu député six mois à peine après la création de l’UDRT".

© Belga

L'UDRT et Robert Hendrick, en particulier marquèrent la scène politique au début des années 80 mais son discours radical - aujourd'hui, on dirait populiste - déplut et Robert Hendrick finit par renoncer à la politique en 1991 après avoir été élu une seconde fois comme indépendant sur une liste d'ouverture du PSC menée à Bruxelles par Jean-Louis Thys. S'il avait couché ses idées dans "Mon utopie est libérale", c'était aussi un homme d'action. Nous nous souvenons en effet de l'avoir vu aussi en première ligne face à la gendarmerie dans une action de protestation près du Bois de Rêves à Ottignies où la Province du Brabant voulait à tout prix imposer un parking en lieu et place de terres agricoles.

L'ex-député honoraire se mua en patron de PME. Selon Pascal de Roubaix, "le tribun véhément s’était mué en un philosophe chrétien d’une humanité souriante mais plus lucide que jamais, toujours généreux, toujours passionné et engagé toujours". Vivant à Dion dans le Brabant wallon, il avait continué à s'intéresser à la politique locale.