Belgique

Ce 21 août, nos confrères de La DH épinglaient le mystérieux salaire de Laurence Bovy, directrice de Vivaqua. En effet, malgré des demandes à répétition, cette dernière a refusé de jouer la transparence et de nous dévoiler le montant de sa rémunération dans cette intercommunale.

La DH est finalement parvenue à prendre connaissance de ce montant. Il figure en effet dans un mail daté du 28 août, que Laurence Bovy a transmis aux présidents des trois organisations syndicales représentées à Vivaqua, en réactions aux articles de presse. Elle l’a également fait suivre aux membres du conseil d’administration de l’intercommunale. Selon ce document, la directrice générale de Vivaqua percevra en 2017, "par l’application stricte des règles statutaires préexistant à son arrivée", une rémunération fixe de 249.298 € brut par an.

À ce montant s’ajoute une assurance hospitalisation, une voiture de fonction, des chèques-repas, une carte Visa, un GSM et un PC.

Notons que la rémunération brute moyenne des membres du comité de direction de l’intercommunale s’élève à 197.048 € brut. Excessif ? Certainement, pour le commun des mortels. Pour un dirigeant d’intercommunale, ce montant est élevé, mais pas inhabituel. Ainsi, la rémunération du directeur de l’intercommunale Sibelga s’élève à 440.544 € brut par an, pour 470.000 € à son homologue d’Ores. Plus que le montant de sa rémunération, c’est le refus de transparence qui interpelle.

Le 22 août, le conseil de gérance de Vivaqua a ainsi publié un communiqué, en réaction aux articles parus dans la presse, assurant que les rémunérations de la directrice générale respectaient strictement "les règles statutaires de l’intercommunale". Le conseil de gérance concédait qu’il réfléchissait à publier, dans ses rapports d’activité futurs, le montant de cette rémunération. Sans toutefois divulguer ce fameux chiffre ! La directrice aura finalement réservé cette information aux membres du CA de Vivaqua, tout en la refusant au citoyen lambda.