Belgique Celle qui entend prouver sa bonne foi et du même coup la paternité d'Albert II à son égard entame une nouvelle procédure dans ce dossier.

Le Soir annonce dans son édition du jour que Delphine Boël va réclamer un test ADN ce jeudi auprès du roi Albert II, dans le cadre de l'introduction jadis auprès du tribunal de première instance de Bruxelles d'une double action : la contestation de paternité de M. Jacques Boël et la reconnaissance de paternité de Sa Majesté le roi Albert II.

Une audience est dès lors prévue au calendrier de la cour d'appel de Bruxelles pour évaluer la demande des avocats de Mme. Boël, qui entend soumettre MM. Albert II et Jacques Boël à un test ADN.

L'an dernier, le tribunal de première instance de Bruxelles avait jugé l'action de Delphine Boël en désaveu de paternité recevable mais non fondée. La justice considérait qu'il y avait eu un lien filial entre le père légal, Jacques Boël, et fille, qui se sont comportés comme tels et prétendus tels durant de nombreuses années. Delphine Boël a fait appel de ce verdict, écrit Le Soir.

L'un des avocats de Delphine Boël s'est exprimé dans les colonnes du soir et appuie le dossier. Selon Marc Uyttendaele, "notre position est fondée en droit et ne peut que déboucher sur une victoire. Et il y a tellement d’éléments dans le dossier qui prouve que Delphine est la fille d’Albert II. Mais comme avocat, je connais la part d’incertitude…"

On attend désormais la fixation d'une date d'audience en appel. Vu l'arriéré judiciaire à Bruxelles, celle-ci pourrait attendre des mois ou même des années. Face à la longueur de la procédure, les avocats de Delphine Boël demanderont jeudi la prise de mesures conservatoires. Le tribunal devrait répondre dans le mois à cette demande.