Belgique

Dans quelques semaines, de nombreux élèves deviendront étudiants et quitteront le cocon familial pour s'installer en kot. Les plus prévoyants pourront alors investir les logements universitaires. Des résidences qui deviennent de plus en plus "vertes" dans les universités de la Fédération Wallonie-Bruxelles. A l'Université Catholique de Louvain (UCL), on a vraiment fait de l'écologie une philosophie. L'université travaille en effet depuis plusieurs années à rendre ses campus plus "verts" et éco-responsables.

"Cela ne concerne pas seulement les bâtiments", précise Béatrice Houbart, sous-directrice du service logement de l'UCL. "On veille à ne pas imprimer inutilement, à utiliser du papier recyclé, etc. C'est une volonté qui se retrouve dans tous les domaines de l'université", poursuit-elle.

Il y a quelques années, l'université catholique a lancé un programme visant à atteindre le nombre de 6.000 chambres tous campus confondus pour 2017. Deux nouveaux bâtiments ont déjà ouverts leurs portes en 2011 et 2013, les "Mercator" I et II. Conformément à la politique de l'UCL ils sont beaucoup moins énergivores que les anciens bâtiments. Ils sont notamment équipés de panneaux solaires, de réservoirs d'eau chaude et d'une ventilation contrôlée à double flux.

A l'Université Libre de Bruxelles (ULB), la volonté de tendre vers des bâtiments "basse énergie" existe également. "Nous sommes souvent en partenariat avec des propriétaires privés et nous n'avons pas toujours notre mot à dire sur les rénovations, donc l'existence des nouvelles normes d'économies d'énergie est une assurance d'aller dans la bonne direction", explique Bénédicte Lampin de l'office du logement.

La priorité actuelle est d'élargir le parc immobilier propre qui ne suffit pas à absorber les 4.000 demandes de logements. C'est pourquoi l'université a décidé d'un plan logement, avec pour objectif, 10 nouveaux bâtiments à l'horizon 2017. Parmi ceux-ci, des immeubles "basse énergie" mais surtout un bâtiment "exemplaire", et donc 100% écologique, sur le campus d'Erasme pour 2017.

Dans une université comme dans l'autre, hors de question que les chambres à consommation neutre explosent les budgets des étudiants, elles sont ou seront proposées aux mêmes prix que les autres.