Belgique Agriculteurs et éleveurs belges veulent pouvoir continuer à travailler. Pour cela, il faut des terres en suffisance. Ce lundi matin, ils ont choisi -avec l'aide de quelques associations qui défendent le même point de vue (FUGEA, CNCD-11.11.11, Oxfam-Magasins du Monde)- de le rappeler de façon originale: en parquant quelques moutons à l'ombre de l'Atomium à Bruxelles.

Par le biais du film documentaire du Français Christian Rouaud "Tous au Larzac" qui décrit la lutte menée pendant près de 10 ans (1971-1981) par les paysans du plateau du Larzac contre l'Etat français pour défendre un territoire dont a voulu s'emparer en 1971 le ministère de la Défense afin d'agrandir un camp militaire, les associations précitées ont voulu démontrer l'actualité du combat contre "l'abandon du monde rural au profit de la libéralisation, dérégulation et spéculation".

Xavier Delwarte de la Fédération Unie de Groupements d'Eleveurs et d'Agriculteurs (Fugea) a souligné qu'en Belgique on avait perdu 80 pc d'agriculteurs en 40 ans, alors que 20 pc des exploitations agricoles d'Europe avaient fermé entre 2003 et 2010.

"Cette tendance devrait se poursuivre, compte tenu des orientations de la PAC -Politique Agricole Commune européenne- qui vont dans le sens d'une exploitation agricole intensive", affirme-t-il. "Or, il faut des agriculteurs en Europe où l'on n'est plus autosuffisants du point de vue alimentaire."

Stéphane Desgain, pour le CNCD-11.11.11, et Corentin Dayez, d'Oxfam-Magasins du Monde, ont rappelé qu'il était, selon eux, important de s'acharner à défendre une politique agricole privilégiant les circuits courts.