Belgique

Alors que les scandales médicaux se succèdent et en cette période où des mouvements citoyens s’activent à mettre en cause l’efficacité et l’innocuité des vaccins, voilà une information qui ne tombe pas véritablement à pic. Fabriqués dans une unité de production de la firme pharmaceutique Glaxo Smith Kline (GSK), située à Wavre, des milliers de vaccins Infanrix Hexa et IPV (1), administrés aux nourrissons, ont été rappelés la semaine dernière par le fabricant, devait-on apprendre, jeudi, de nos confrères du groupe Sudpresse. En cause : la présence d’une bactérie potentiellement dangereuse découverte dans l’environnement de production de l’usine de Wavre, a expliqué Elisabeth Van Damme, responsable de la communication externe chez GSK.

" Avant tout, il faut savoir qu’il s’agit d’un retrait volontaire, de la propre initiative de GSK et non pas imposé par les autorités, nous a expliqué la chargée de communication. Il s’agit également de lots qui avaient déjà passé tous les tests, aussi bien pendant leur phase de production en interne que par l’Institut scientifique de santé publique habilité à donner le feu vert lorsque nous voulons commercialiser un de nos produits. Ces vaccins ont donc passé tous les tests de sécurité et de contrôle."

Que s’est-il dès lors passé, au juste ? " Nous avons découvert récemment, il y a quelques mois ou quelques semaines, à l’occasion d’un contrôle de routine, lors du processus de fabrication, la présence d’une bactérie dans l’environnement de production, mais non dans les matières premières ni dans le vaccin lui-même, précise encore Elisabeth Van Damme. Automatiquement, tout ce qui se trouvait dans cette zone de l’usine de Wavre a été détruit. Dès lors, parce qu’il existe un risque potentiellement théorique, nous avons pris la décision de retirer du marché les lots incriminés."

Combien de pays sont concernés par ce retrait ? " Une vingtaine, y compris la Belgique, en l’occurrence les structures Kind & Gezin de Flandre, ma is également des pédiatres."

Le fait est que de nombreux enfants ont déjà été vaccinés avec ces doses. "En effet, beaucoup de ces vaccins ont été administrés, nous rétorque encore la responsable de la communication externe chez GSK, mais jusqu’ici, nous n’avons encore constaté aucun effet secondaire inquiétant. Il n’y a donc aucun signe qui nous permet de dire qu’il y a bien eu contamination de ce lot. Mais, même si la probabilité est quasiment nulle, nous ne prenons aucun risque "

A l’heure actuelle, sur les milliers de vaccins livrés dans le monde, la firme GSK avait pu récupérer quelque 500 doses, la semaine dernière.

Seul l’avenir nous dira si, comme l’assure pour l’heure la firme pharmaceutique, "il n’y a vraiment aucune raison de s’inquiéter". Espérons-le.

(1) Infanrix Hexa est indiqué pour la primovaccination et le rappel des nourrissons contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite B, la poliomyélite et les infections à Haemophilus influenzae type b.