Belgique

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné mercredi deux hommes à des peines de travail de 150 et 200 heures pour avoir tenté de cambrioler une maison à Dilbeek en mars 2015. Leur complice n'était autre que Brahim Abdeslam, l'un des kamikazes des attentats de Paris en novembre 2015. Le tribunal a estimé que la version des deux prévenus, selon laquelle ils n'avaient pas tenté de commettre un vol dans une habitation de Dilbeek le 29 mars 2015, ne tenait pas la route.

Le tribunal les a reconnus coupables et a prononcé des peines de travail de 150 et 200 heures à leur encontre, ainsi qu'une peine subsidiaire de 18 mois de prison en cas de non-exécution de la peine de travail.

Le 29 mars 2015, un habitant de Dilbeek a alerté la police concernant une tentative de cambriolage. Arrivée sur place, la police a repéré une voiture de marque BMW noire suspecte. La patrouille l'a prise en chasse puis l'a interceptée à Berchem-Sainte-Agathe.

A l'intérieur se trouvaient les deux prévenus ainsi que Brahim Abdeslam. Des pinces, un tournevis et des gants ont également été découverts dans le véhicule. Par ailleurs, un autre tournevis a été trouvé près de la maison où la tentative d'effraction a eu lieu, avec l'empreinte d'un des prévenus.

Quelques mois plus tard, le 13 novembre 2015, Brahim Abdeslam est parti de Molenbeek-Saint-Jean, notamment avec son frère Salah Abdeslam, pour se rendre à Paris dans le but d'y commettre des attentats terroristes. Selon l'enquête, il faisait partie du commando armé qui a mitraillé des terrasses de café. Il s'est ensuite fait exploser près d'un bar du boulevard Voltaire.