Belgique

Ils avaient été respectivement détenus pendant trois et six ans à Guantanamo avant d’être remis, à la Belgique pour le premier et à l’Algérie pour le second. Ce sont donc deux hommes au profil extrémiste clair qui ont été arrêtés dans la nuit de mercredi à jeudi dans la région d’Anvers avec trois complices avec qui ils projetaient de commettre une attaque à main armée dans une habitation à Hoboken.

Moussa Zemmouri, un Belge d’origine marocaine âgé de 37 ans, et Soufian A., un Algérien de 45 ans, ont été placés sous mandat d’arrêt pour participation aux activités d’un groupe terroriste. Les trois autres ont simplement été inculpés de vol à main armée. Leur interpellation s’est faite en deux temps.

Quatre des cinq hommes ont été interceptés près de la maison qu’ils s’apprêtaient à cambrioler. Ils étaient suivis par les policiers dans l’antiterrorisme, qui pistaient depuis un certain temps Soufian A.

Cet homme a un passé qui interpelle. Dans les années nonante, il a pas mal voyagé en Europe : il a résidé en Italie, en Allemagne et surtout en France. Pendant son séjour, il aurait notamment vécu en vendant de la drogue et en agressant des touristes. A l’époque, il disposait de faux papiers d’identité.

Arrêté en Géorgie

En 2001, il a gagné, via Istanbul, la Géorgie, où il a rejoint une connaissance de longue date, algérienne comme lui. Cet ami était connu comme un agent d’Al Qaïda.

Soufian A., qui avait suivi une formation au maniement des armes en Algérie pendant son service militaire, aurait vécu pendant un an avec un groupe de combattants tchétchènes et leurs familles. Capturé en Géorgie en avril 2002, il avait été remis aux autorités américaines.

Lors de ses interrogatoires à Guantanamo, il a toujours nié avoir participé à des combats. Washington l’a remis à l’Algérie en novembre 2008.

Une filière syrienne

Il aurait récemment combattu en Syrie dans les rangs de groupes djihadistes. Lorsque les autorités judiciaires ont appris qu’il venait en Belgique, il a été décidé de le suivre de près. "Cette surveillance nous a permis de conclure jeudi qu’il s’apprêtait à passer à l’acte et à commettre un vol", explique Jean-Pascal Thoreau, porte-parole du parquet fédéral. Il a été décidé d’intercepter la voiture où il était avec trois hommes.

L’enquête a montré que Soufian A. était en contact suivi avec Moussa Zemmouri. En 2002, ce dernier avait été arrêté au Pakistan, porteur d’une lettre d’Al Qaïda, lui recommandant de commettre des attentats. Il était lié au Groupe islamique combattant marocain. Il n’avait pas été inquiété lors de son retour en Belgique. En janvier dernier, il avait été perquisitionné dans le cadre d’une enquête terroriste visant des membres du GICM implantés à Maaseik.

Le parquet fédéral pense que Moussa Zemmouri avait des liens avec le vol déjoué jeudi.

Il estime également que Soufian A. et Moussa Zemmouri étaient impliqués dans une organisation, en train de se monter, visant à apporter de l’aide aux personnes souhaitant se rendre en Syrie pour aller combattre.