Belgique

Quatre jeunes hommes ont été placés sous mandat d'arrêt ce lundi. Ils sont suspectés d'avoir abusé sexuellement de deux jeunes néerlandaises de 21 et 22 ans à Anvers.

Les faits se sont déroulés dans la nuit de vendredi à samedi, dans un hôtel du centre d'Anvers. Deux jeunes Néerlandaises sont d'abord sorties en discothèque, au club Roxy, où elles ont fait la connaissance d'un ou plusieurs suspects d'origine africaine qui les ont ramenées à leur hôtel sur les coups de 5 heures du matin.

Elles ne se souvenaient toutefois pas de la suite des événements, jusqu'à ce que certaines images, ou flashs, leur reviennent. Vraisemblablement droguées, les deux jeunes femmes se souviennent qu'elles se sont réveillées par acoups et avoir vu "des hommes noirs" au-dessus d'elles. Dans un état second, presque végétatif, elles ont alors demandé à leurs agresseurs "d'arrêter". A leur réveil elles se sont également rendu compte que leur GSM et leur argent avaient été volés.

Mohamed S., l'un des suspects originaire d'Anvers, a répondu aux questions des enquêteurs. Dès le début de l'interrogatoire, il "a fondu en larmes" lorsqu'il a été confronté à la "terrible version des victimes, qui ont vécu un calvaire durant 3 heures" affirme son avocat au Laatste Nieuws. "Elles n'ont pas vraiment lutté ou protesté et lorsque nous étions occupés, elles s'endormaient régulièrement". Il corrobore par la suite la version des deux Néerlandaises en assurant qu'elles avaient bien dit "Stop" à un moment donnée. Rongé par le remord, l'homme au casier judiciaire vierge explique être retourné à l'hôtel du samedi afin "de parler aux victimes", c'est à ce moment précis qu'il a été interpellé par la police. Il a également communiqué l'identité des trois autres individus qui l'accompagnaient à la police.

Si Mohamed S. affirme ne pas avoir fait usage d'une quelconque drogue pour abuser des jeunes filles, rien n'assure que cela n'ait pas été à l'initiative d'un des autres suspects. Les premiers tests n'ont révélé "aucune drogue du viol" connue à ce jour dans les sang des victimes. Des examens plus poussés vont être pratiqués.

Les trois autres suspects, Tijani D. (19 ans) de Temse, Eliel B. (20 ans) de Borgerhout et Lamine N. (20 ans) d'Anvers, nient avoir violé les deux touristes.