Belgique

« Mons 2015, ce n'est pas qu'en 2015 et ce n'est pas qu'à Mons », a insisté Elio Di Rupo lors de présentation de Mons 2015 On Tour. En effet, si la Cité du Doudou est officiellement capitale européenne de la culture depuis samedi, l'événement va rayonner au-delà des seules frontières de Mons.

18 villes et territoires sont ainsi associés à la programmation de Mons 2015. De Lille à Liège en passant par Maubeuge, La Louvière, Bruxelles ou Anvers, c'est tout un vaste territoire qui sera ainsi valorisé aux yeux de l'Europe.

« Pour monter notre dossier de candidature, nous avons été aidés par la Région wallonne, la Fédération Wallonie Bruxelles, la Province du Hainaut ainsi que d'autres villes comme Bruxelles, Bruges, Anvers et Lille qui avaient déjà été capitales culturelles », indique Yves Vasseur, commissaire général de Mons 2015. « Quand nous avons décroché le titre, pas question donc de nous retrancher égoïstement derrière nos remparts. Mais il ne fallait pas non plus trop se disperser. Nous avons donc proposé à des villes partenaires en Belgique et dans le nord de la France de s'associer à Mons 2015 pour que chacune puisse présenter un projet culturel d'envergure.»

À travers Mons 2015 va donc s'établir un réseau régional, national et transfrontalier où la culture va pouvoir faire des allers-retours entre la Cité du Doudou et ses partenaires. Quelques jours à peine après la cérémonie d'ouverture montoise par exemple, les fêtards pourront jouer les prolongations à Gand avec le Festival des Lumières. Au Roeulx, une exposition autour du nuage sera organisée dans le cadre prestigieux du Château des Princes de Croÿ. À Malines, la musique de la Renaissance sera mise à l'honneur en écho à la semaine Lassus qui se tiendra à Mons.

« C'est évidemment intéressant pour une ville comme Charleroi d'être associée à Mons 2015 », souligne Paul Magnette. « Cela va nous permettre de mettre en valeur les grands acteurs de la scène culturelle carolo qui commence à se faire une solide réputation. Et puis, il y a l'aéroport. On attend des dizaines de milliers de visiteurs pour Mons 2015. C'est aussi l'occasion de les inviter à visiter Charleroi avant de rejoindre Mons. »

Notons enfin que le Mons 2015 On Tour a son point d'ancrage dans la Cité du Doudou. Dans la rue d'Havré, en face de l'église Saint-Nicolas, la Home on Tour a été inaugurée samedi. On y trouvera tout au long de l'année expos, mini-concerts et autres joyeusetés en rapport avec les villes partenaires. Last but not least, pour assister aux événements associés à Mons 2015 hors des frontières de la capitale européenne de la culture, des bus festifs emmèneront le public depuis Mons pour partir à la découverte des villes partenaires et de leurs projets.


Les services de secours ont envisagé tous les scénarios

La technologie n'est pas uniquement au service de la culture en ce jour d'ouverture de Mons 2015. Le poste de commandement intégré installé à la police fédérale en est la preuve. Une vingtaine de policiers concentrés sur autant d'écrans scrutent les moindres faits et gestes des 100.000 personnes attendues dans le centre-ville ce samedi.

Outre la transmission de toutes les images au poste de commandement intramuros de la rue du Rossignol, les services de sécurité présents dans la Cité du Doudou peuvent également compter sur le soutien du centre de crise de Bruxelles dont les hommes visionnent les images des festivités en temps réel. "Toutes les mesures de sécurité possibles et imaginables ont été prises", explique Marc Garin, le chef de corps de la zone de police Mons-Quévy.

La police locale, la police fédérale, le magistrat, les pompiers, les agents d'ORES et des transports en commun se partagent ainsi les mêmes bureaux pour faciliter la communication. "Nous avons envisagé tous les scénarios possibles. Du tireur fou au conducteur qui tente de forcer un barrage, il ne faut pas sous-estimer les risques".

Les 500 policiers mobilisés ainsi que 200 volontaires habituellement chargés de la sécurité de la Ducasse de Mons, des gardiens de la paix et plus de 100 volontaires de la Croix-Rouge seront donc sur leurs gardes jusqu'aux petites heures. "Nous sommes toujours un peu dans un état de stress. Cependant, cela fait des années que nous préparons ce grand jour, nous sommes donc prêts".

Marc Garin est d'ailleurs en relation constante avec le magistrat et le chef du cabinet d'Elio Di Rupo. "En cas d'incident, nous déciderons à trois des mesures qu'il faut prendre". En cas de problème, le chef de corps explique d'ailleurs qu'il serait prêt à faire évacuer les endroits stratégiques de la ville. Personne n'espère en arriver là...