Belgique

La cour d'appel de Liège a confirmé vendredi matin la condamnation de l'humoriste français Dieudonné. Il a été condamné à une peine de deux mois de prison et à une amende de 9.000 euros après avoir tenu des propos antisémites et révisionnistes lors d'un spectacle donné à Herstal le 14 mars 2012. Cette condamnation est assortie de l'obligation de publier l'arrêt de 20 pages dans deux quotidiens belges. Dieudonné avait été condamné par défaut à deux mois de prison et à une amende de 9.000 euros par le tribunal de première instance de Liège. Il n'avait pas fait opposition à sa condamnation par défaut mais avait décidé de faire directement appel.

Dieudonné devait répondre de différentes préventions liées à de l'incitation à la haine et à la tenue et à la diffusion de propos discriminatoires, antisémites, négationnistes et révisionnistes lors de ce spectacle. La représentation avait été organisée par le comité de jeunes de Bressoux-Droixhe et avait rassemblé un public de 1.100 personnes.

L'avocat général Marianne Lejeune n'avait pas requis de peine de prison mais une peine d'amende de 30.000 euros. Elle avait également sollicité que soit imposée à Dieudonné la publication de la décision judiciaire dans quatre quotidiens belges et dans deux quotidiens français.

Elle avait estimé lors de son réquisitoire que l'humoriste français devait être sanctionné là où cela lui faisait le plus mal, à savoir sur le plan financier. Dieudonné et ses avocats avaient réclamé l'acquittement.

La cour d'appel de Liège a déclaré l'ensemble des préventions établies et a confirmé la décision intervenue en première instance. Dieudonné a été condamné à une peine de deux mois de prison ferme et à une amende de 9.000 euros (ou trois mois de prison à titre subsidiaire). Il devra aussi publier l'arrêt dans les quotidiens "Le Soir" et "La Libre".