Belgique

Le député flamand Christian Van Eyken et son épouse Silvia B. ont été libérés après audition jeudi au sujet de la destruction d'éléments de preuve issus du dossier du meurtre de Marc Dellea pour lequel ils sont tous deux prévenus, a indiqué vendredi le Parquet de Bruxelles. Ils n'ont pas pour l'instant été inculpés dans cette affaire de sabotage informatique et destruction de biens matériels d'utilité publique. Le parquet de Bruxelles a ouvert une enquête judiciaire sur la destruction d'éléments de preuve issus du dossier du meurtre de Marc Dellea. La preuve détruite est une copie sur support DVD d'images de caméras de vidéo-surveillance. Une nouvelle copie de ce DVD a déjà été jointe au dossier.

© Belga

Le procès concernant ce dossier de meurtre, qui doit débuter lundi matin devant la 90e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles pourrait être reporté. Il a déjà été postposé à plusieurs reprises ces précédentes années.

Marc Dellea a été retrouvé mort dans son appartement, situé à Laeken, le 8 juillet 2014 à l'âge de 45 ans. Il avait reçu une balle dans la tête.

© Belga

Le parquet de Bruxelles avait ouvert une enquête qui avait mené à Sylvia B., l'épouse de la victime, et Christian Van Eyken, alors patron et amant de Sylvia B. Cette dernière était la collaboratrice parlementaire de Christian Van Eyken, député francophone au Parlement flamand, et tous deux entretenaient une relation amoureuse. Début 2017, le juge d'instruction avait bouclé son enquête et transmis le dossier au parquet. Le parlement flamand avait alors levé l'immunité parlementaire du député. Les deux intéressés contestent toute implication dans le décès de Marc Dellea. Ils se sont par ailleurs mariés fin septembre dernier.