Doel 3 : pas de danger pour la population

Belga Publié le - Mis à jour le

Belgique

Au cabinet du secrétaire d'Etat à l'Energie Melchior Wathelet on insiste sur le fait que s'il y a effectivement des courriels internes à l'Agence fédéral de contrôle nucléaire relatifs à la cuve du réacteur nucléaire de Doel 3, il est trop tôt pour en conclure que le réacteur sera définitivement mis l'arrêt.

On insiste aussi sur le fait que le réacteur est actuellement à l'arrêt et qu'on ne peut donc parler de risques pour la population. On rappelle encore chez M. Wathelet que la sécurité nucléaire est de la compétence de la ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet. On ajoute que le problème est pris très au sérieux et que la sécurité est au centre des préoccupations.

Quant au problème de l'approvisionnement également soulevé par Ecolo et Groen, on souligne chez le secrétaire d'Etat qu'il faut attendre le résultat définitif des tests en cours. Toutes les dispositions seront prises s'il s'avérait qu'il fallait anticiper la fermeture d'une ou plusieurs centrales.

Tihange 2 est actuellement en phase d'arrêt pour un entretien prévu de longue date. A cette occasion, ce réacteur subira également des tests complémentaires.

Pas de redémarrage avant la fin de l'enquête de l'AFCN dit la ministre Milquet

Réagissant aux informations sur la cuve du réacteur nucléaire Doel 3, la ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet a également rappelé mercredi qu'il n'y avait pas de danger pour les travailleurs ou pour la population étant donné que le réacteur est à l'arrêt et qu'il le restera durant toute la durée de l'enquête de l'AFCN. Mme Milquet "est et restera d'une extrême vigilance à l'égard du suivi des analyses qui sont actuellement menées de manière approfondie au sein du réacteur de Doel 3", a-t-elle laissé savoir à l'Agence Belga.

Ces analyses sont effectuées dans le cadre du processus qui prévoit que, tous les 12 à 18 mois, les centrales nucléaires de notre pays sont soumises tant à un contrôle de leurs installations qu'à des opérations d'entretien et de maintenance, rappelle la ministre.

L'Agence fédérale de contrôle nucléaire tient constamment la ministre informée des opérations de contrôle qu'elle mène et ce depuis le début de ceux-ci. La ministre souhaite que l'AFCN puisse continuer, en toute indépendance, à exercer sa mission d'analyse, de la manière la plus complète et fouillée possible. Pour Joëlle Milquet, seule la sécurité des citoyens et des travailleurs prime dans ce dossier et elle ne permettra aucune décision qui puisse entraîner le moindre doute sur ce point.

Enfin, elle insiste sur le fait qu'il n'y a actuellement pas de danger pour la sécurité puisque le réacteur de Doel 3 est à l'arrêt et le restera durant toute la durée de l'enquête de l'AFCN.

Aucune décision relative à un éventuel redémarrage ne sera prise sans l'accord de l'AFCN, de la ministre et du gouvernement à qui un rapport circonstancié sera présenté dès que les dernières conclusions seront déposées, fin août. En l'état actuel des informations, aucune conclusion définitive sur une option ou l'autre ne peut être tirée, souligne encore Mme Milquet.

Pas de problème pour la fourniture énergétique

L'arrêt du réacteur numéro 3 de la centrale nucléaire de Doel et celui du réacteur numéro 2 de Tihange, prévu la semaine prochaine, ne causent, en cette période estivale, aucun problème d'approvisionnement énergétique, a affirmé mercredi Elia.

Ces arrêts simultanés, en été, ne constituent aucune menace pour la fourniture énergétique en Belgique. Au cours d'un hiver rigoureux, la situation aurait été différente et la demande n'aurait pu être entièrement satisfaite, conduisant, comme au Japon, à ce qu'une partie de la population soit privée de courant.

Publicité clickBoxBanner