Belgique Peu importe le niveau social ou d’études : on utilise tous ces petits mots, souvent inconsciemment, pour… Pourquoi, au fond ?

Ils sont partout. Collent comme un chewing-gum à la semelle de nos conversations, familières, pros ou pompeuses. Ils se planquent dans nos entames de phrases, au bout de celles qu’on ne sait pas trop comment finir ("voilà"). Ils font les liens entre deux idées, deux respirations ou notre humeur. Ils ? Les tics de langage ! Les "du coup", les "après", les "en fait", les "carrément" qui donnent l’illusion d’avoir de la suite dans les idées. Les "genre", les "nimp", les "en mode", les "grave !" qui trahissent la jeunesse d’un ado qui se veut déjà adulte ou la ténacité à rester branché d’un adulte qui refuse de grandir trop vite.

(...)