Belgique

Eddy Testelmans, l'ancien patron du Service général du renseignement et de la sécurité (SGRS) de la Défense, a organisé des séances d'entraînement pour le groupe kurde YPG, rapportent mardi De Standaard et Het Nieuwsblad. 

Eddy Testelmans a démissionné de son poste au SGRS en juin dernier, à la suite d'un conflit avec son personnel. Il ne s'agirait cependant pas de l'unique raison, selon De Standaard. De sa propre initiative, sans en informer le chef de l'armée Marc Compernol ou le ministre de la Défense Steven Vandeput, il a notamment établi des contacts avec le groupe kurde des Unités de protection du peuple (YPG). Eddy Testelmans espérait obtenir des informations sur les combattants belges en Syrie et en Irak. Le service a par ailleurs organisé deux formations pour les combattants kurdes dans le nord de l'Irak. La coopération avec le groupe est sensible politiquement, surtout vis-à-vis de la Turquie, analyse De Standaard.

A la demande du ministre Vandeput, le Comité R a rédigé un rapport. Il constate qu'Eddy Testelmans n'a rien fait d'illégal, qu'il est resté dans le cadre de ses compétences mais qu'il aurait cependant dû informer ses supérieurs, selon les sources du quotidien.

Le ministre de la Défense, interrogé par le journal, ne commente pas le dossier mais indique que "la fuite de ce genre d'information émanant du service de renseignement est un gros problème".