Belgique

A Liège, on est d’abord principautaire avant d’être PS, MR ou encore CDH. Seul l’intérêt supérieur de l’ancienne Principauté l’emporterait sur toute autre considération. Les présidents de parti n’ont qu’à bien se tenir : fidèles à leur histoire tumultueuse et frondeuse, les Liégeois seraient des têtes de bois qui, à la fin, s’arrangent toujours entre eux.

Cette image d’Épinal a sans doute un fond de vérité. Mais cette solidarité supposée a-t-elle influencé pour autant la question du maintien de Stéphane Moreau à la tête de Nethys ? Certains le pensent. C’est le cas de Claude Eerdekens, le bouillonnant bourgmestre PS d’Andenne. Mercredi, il a envoyé à Elio Di Rupo un courrier au picrate pour dénoncer ce qu’il voit comme des tours de passe-passe principautaires pour maintenir l’ex-bourgmestre d’Ans à la tête de la filiale de Publifin.

“Les Liégeois veulent maintenir Moreau”

M algré tout le tort fait au parti depuis décembre 2016 (le début du scandale Publifin, NdlR), en faisant fi des recommandations de la commission d’enquête du parlement wallon, Willy Demeyer (bourgmestre de Liège et ex-président de la Fédération liégeoise du PS) et les directions liégeoises des autres partis veulent maintenir Stéphane Moreau à la direction de Nethys, écrit Claude Eerdekens au président du PS. Willy Demeyer, pour les raisons que l’on imagine, le défend. Seul Ecolo a une attitude claire et digne.” La dernière phrase est particulièrement savoureuse, lorsqu’on sait à quel point Claude Eerdekens a pu se montrer critique envers les écologistes lorsqu’ils étaient au pouvoir au gouvernement wallon…

“Revirement à 180° d’Ecolo”

Quoi qu’il en soit, la charge contre Liège est rude. Dans les rangs principautaires des partis traditionnels, on conteste qu’il y ait eu des petits arrangements entre copains dans le dos des organes centraux des formations politiques. Au contraire, contactés mercredi, plusieurs Liégeois ciblent le comportement d’Ecolo. “Tout s’est fait en concordance avec les présidents de partis, s’étonne une source politique proche du dossier Nethys . Ecolo était d’ailleurs d’accord pour juste exclure Stéphane Moreau du conseil d’administration (CA) et pour revoir sa rémunération à la baisse. Mais l’affaire de l’Ondraf (l’organisme national des déchets radioactifs) , où un Ecolo est “mouillé” pour des rémunérations indues, a provoqué un revirement à 180 degrés mardi soir. Ecolo a voulu laver plus blanc que blanc en refusant de nommer un administrateur au CA de Nethys pour laver plus blanc que blanc et vitre faire oublier les infos sur l’Ondraf…