Belgique

Onze suspects ont déjà été cités à comparaître devant le tribunal correctionnel pour les émeutes survenues à Bruxelles en novembre dernier. Pour les faits qui ont eu lieu à la Bourse, huit dossiers seront réexaminés le 16 mars. Seize individus majeurs ont pour l'instant été arrêtés judiciairement en lien avec les violences qui ont eu lieu le 11 novembre à la Bourse dans la foulée de la qualification du Maroc pour la Coupe du Monde, le 15 novembre place de la Monnaie à la suite d'un rendez-vous fixé par le Youtubeur Vargasss92 et le 25 novembre à Ixelles à l'issue d'une manifestation contre l'esclavage en Libye, avait annoncé le parquet début février.

A la Bourse, outre six mineurs, douze individus majeurs ont été arrêtés. Parmi eux se trouve le rappeur Jilani D., alias Benlabel, qui est soupçonné d'avoir initié les violences en publiant un message sur Facebook.

Au total, neuf personnes ont été citées à comparaître devant le tribunal correctionnel. Huit jugements étaient attendus ce vendredi: sept qui avaient été reportés le 2 février, pour six prévenus ayant comparu le 5 janvier et un le 19 janvier, et un pour un suspect ayant comparu ce même 2 février.

Les débats sur ces huit dossiers liés seront rouverts le 16 mars, le tribunal considérant que des éléments qui apportent un éclairage global sur les faits devaient être accessibles à l'ensemble des défenses, ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent.

Le parquet avait requis des peines de 24 à 36 mois de prison à l'encontre de ces prévenus, qui sont principalement poursuivis pour dégradations et rébellion.

Le procès d'un neuvième individu avait été reporté au 5 juin le 2 février, son avocat ayant demandé un délai supplémentaire pour consulter les images de vidéo-surveillance.

Parmi les trois dernières personnes arrêtées dans ce dossier, un a été libéré faute de preuve et les deux autres faisaient encore l'objet d'une enquête début février.

Pour les faits survenus le 15 novembre place de la Monnaie, 11 suspects mineurs et un majeur avaient été arrêtés. Le dossier de ce dernier est à l'instruction.

Enfin, pour les incidents ayant eu lieu à Matonge et à Louise le 25 novembre, trois mineurs et quatre majeurs avaient été arrêtés.

Deux ans ont été requis contre l'un de ces derniers le 2 février et 40 mois à l'encontre d'un autre ce vendredi. Tous deux sont poursuivis entre autres pour rébellion, dégradations et coups. L'enquête concernant les deux autres était encore en cours début février.

Au total, 36 personnes dont 20 mineurs ont fait l'objet d'une arrestation judiciaire pour les trois événements. En outre, 35 informations dans lesquelles aucun suspect n'avait encore pu être identifié étaient toujours en cours au début du mois.