Belgique

Philippe Close a été interrogé sur les émeutes par tous les chefs de groupe de l’opposition lors du conseil communal.

Le conseil communal de la Ville de Bruxelles était incontestablement le rendez-vous à ne pas manquer ce lundi. La salle du conseil de l’hôtel de Ville affichait complet. Et pour cause, l’heure était aux explications pour le bourgmestre Philippe Close (PS) suite aux émeutes qui ont eu lieu les 11 et 15 novembre derniers.

Chacun à leur tour, les chefs de groupe des partis de l’opposition ont interrogé le maïeur socialiste. À commencer par Joëlle Milquet (CDH). Suite à une première série de questions sur le déroulement des faits du 11 novembre lors du match Côte d’Ivoire-Maroc, le bourgmestre a assuré qu’en termes de sécurité, “ce match de football n’avait retenu l’attention de personne.”

En outre, Joëlle Milquet s’est interrogée sur la nécessité de mettre sur pied “une table ronde avec les autorités locales, régionales et fédérales pour élaborer un plan mieux coordonné de la sécurité dans la capitale.” Le manque d’effectifs policiers a également été souligné à plusieurs reprises. “Il est inacceptable que la N-VA

(NDLR, dans le gouvernement fédéral) tente aujourd’hui de détourner l’attention de ses propres manquements dans les moyens donnés à la police”, a souligné Fabian Maingain (Défi). Une situation que déplore également Philippe Close.

6 personnes arrêtées et 12 identifiées

“On manquait d’effectifs ce soir-là. Avec plus d’effectifs, on aurait pu éviter les dégradations des commerces et procéder à des arrestations”, a confié le bourgmestre, précisant que six personnes avaient à ce jour été arrêtées pour les faits du 11 novembre. Douze personnes ont également été identifiées par la police grâce aux vidéos envoyées par les citoyens.

En vue de reprendre la main sur l’engagement des effectifs policiers, le collège introduira dans deux semaines, lors du prochain conseil communal, une motion visant à ce que l’Ecole régionale et intercommunale de Police (Erip) soit compétente pour les recrutements des agents à la place du Fédéral.

La question de la sécurisation du piétonnier s’est également invitée autour de la table. Le bourgmestre de la Ville a reconnu que les blocs installés pour contrer les voitures bélier avaient posé problème ce soir-là. “Nous tentons de trouver une solution durable et équilibré et ce n’est pas facile car on nous demande de fermer de plus en plus de rues. Le piétonnier n’est pas le problème, c’est le dispositif en lui-même qui n’est pas simple à gérer”, a assuré Philippe Close.



Revivez notre live tweet depuis le conseil communal: