Belgique

Le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) ne comprend pas l'émotion qu'a suscitée sa suggestion de prélever les empreintes digitales. "Je ne comprends pas bien les réactions hystériques", a indiqué le ministre N-VA dans "Terzake". 

"La seule chose que je dis, c'est 'ouvrons le débat à ce sujet'", souligne-t-il. Il précise qu'il voit de gros avantages au système. "Les pays qui l'utilisent voient leurs chiffres de criminalité baisser de manière exponentielle." Lors de sa visite au Maroc, qui applique un prélèvement généralisé des empreintes digitales, Jan Jambon avait laissé entendre qu'il voulait voir dans quelle mesure la Belgique pouvait aller dans cette direction.

Tant ses collègues de l'Open Vld que la Commission de protection de la vie privée ont rejeté la suggestion, la Commission soulignant qu'elle serait en contravention avec la Convention européenne des droits de l'homme.

Jan Jambon estime qu'on fait beaucoup de bruit pour rien. "Je sais qu'il y a des critiques juridiques. Mais les avantages sont également nombreux. Dans les pays qui utilisent ce système, le taux de résolution des crimes augmente de manière exponentielle. Bien sûr on doit être proportionnel et il faut respecter la vie privée. Mais les gens qui n'ont rien à se reprocher ne doivent quand même pas avoir peur que leurs empreintes digitales soient reprises dans un tel système, si?"