Belgique Elle sera plus rapide que la formation classique mais sera réservée à des cas particuliers.

A la suite de la 6e réforme de l’Etat, ce sont les Régions qui gèrent la formation à la conduite, la délivrance du permis de conduire restant de la compétence du fédéral. Cela explique pourquoi, vendredi, à l’initiative de Maxime Prévot (CDH), ministre de la Sécurité routière, le gouvernement wallon a approuvé un projet d’arrêté visant à réformer cette formation.

Le gouvernement est parti du constat que les jeunes conducteurs ont un risque d’accident deux à trois fois plus élevé que la moyenne. Par ailleurs, les taux de réussite actuels tant à l’examen théorique que pratique du permis de conduire ne sont que d’un peu plus de 50 % la première fois.

Toutes choses qui plaidaient en faveur d’une amélioration de la formation et de la préparation aux examens.

Erreurs fatidiques

Concrètement, et s’agissant de la formation théorique, l’accent sera mis sur les effets de l’alcool et de la fatigue sur la conduite; sur la perception des risques; et sur les bonnes pratiques en cas d’incident.

Désormais, lors de l’examen théorique, toute erreur à une question relative aux infractions du troisième degré (brûler un feu rouge, prendre un sens interdit,…) ou du quatrième degré (faire demi-tour sur l’autoroute,…) entraînera l’échec automatique.

En ce qui concerne la formation pratique, les deux filières dites "libre" et "auto-école" seront améliorées.

Si l’on choisit la filière libre, la première partie de la formation sera centrée sur la maîtrise du véhicule et l’insertion dans la circulation. La seconde partie portera sur la gestion des diverses situations de conduite ainsi que sur l’attitude générale de la conduite.

La validité du permis provisoire sera de 18 mois

En filière libre, le guide et l’apprenti conducteur commenceront par recevoir une formation d’introduction d’une heure ainsi qu’un document comportant des repères utiles et des conseils pour un bon apprentissage. Dont coût, environ 50 euros.

Important : la durée de validité du permis provisoire sera réduite de 36 à 18 mois, comme dans le parcours de la filière auto-école, le permis pouvant toujours être passé après trois mois.

La filière libre se voit également ouvrir à la possibilité de conduire seul sans guide pour le perfectionnement, l’acquisition de plus d’expérience et la souplesse dans la formation. Pour y avoir accès, il faudra avoir au moins 18 ans et passer un test pour obtenir un "certificat d’aptitude" délivré par un professionnel pour un coût d’environ 50 euros.

Auto-école rapide

La filière auto-école classique ne connaît pas de changement mais le décret crée la filière de l’auto-école rapide (minimum 30 heures de cours en auto-école) qui devrait répondre à des besoins urgents spécifiques. Elle ne sera accessible que dans des cas limités, par exemple si le candidat décroche (ou cherche à décrocher) un emploi qui requiert l’obtention d’un permis de conduire dans un court délai.

Le tarif des examens théoriques (15 euros) et pratiques (36 euros) ne sera pas augmenté. La nouvelle formation devrait être mise en œuvre au 1er janvier 2018.