Belgique

L’apprentissage efficace des langues comme moteur de la recherche d’emploi chez les jeunes, voilà l’un des mantras du gouvernement wallon. Ce jeudi, il validera le nouveau plan destiné à valoriser les formules de bourses et d’immersion lancées sous la précédente législature.

Le projet, porté par la ministre de l’Emploi, Eliane Tillieux (PS), verra le nombre de bourses augmenter sensiblement à partir de 2017, puisqu’un millier de bourses seront octroyées.

Quatre publics cibles sont visés et les critères d’acceptation seront plus stricts que par le passé.

Un vent favorable nous a permis de consulter la note qui sera examinée ce jeudi par les ministres wallons.

1. Les rhétoriciens. Quatre types de bourses (575 chaque année à partir de 2017) seront possibles. D’abord, une année scolaire complète à l’étranger (Pays-Bas, Allemagne, Royaume-Uni, Malte, Irlande, Canada et USA). La bourse sera de 4 000 €. Une majoration à 8 000 € sera possible pour un jeune admissible à une bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles dans l’enseignement supérieur. Le deuxième type de bourse propose une année séparée en deux semestres dans deux langues différentes (les pays et les montants sont les mêmes). La troisième bourse propose un seul semestre dans les pays cités plus haut (les montants sont divisés par deux) et la quatrième propose une année scolaire en Flandre ou en Communauté germanophone (3 000 € sans majoration possible).

2. Les demandeurs d’emplois inscrits au Forem. Pour cette catégorie, trois types de bourses sont prévus. La première prévoit une immersion de trois semaines en école de langue (Communauté germanophone, Flandre, Allemagne, Autriche, Royaume-Uni, Malte, Irlande et Pays-Bas). Un montant de 1 900€ est prévu. Le deuxième type de bourse propose un stage en entreprise de 10 ou 12 semaines au sein de l’Union européenne. Le montant de base est de 2 800 €. La troisième bourse concerne un stage en entreprise de 12 semaines en Flandre ou en Communauté germanophone. Un montant hebdomadaire de 95 € est prévu, auquel on ajoutera différents suppléments.

3. Les demandeurs d’emploi porteurs d’un diplôme supérieur universitaire ou non. Une seule bourse est prévue, la bourse "BRIC". Il s’agit d’un stage en entreprise de 12 semaines au Brésil (5 000 €), en Inde (4 800 €), en Russie (4 800 €) ou en Chine (5 800 €).

4. Les étudiants en alternance. Il leur sera proposé une immersion de deux semaines dans les pays européens cités plus haut ainsi qu’en Flandre et en Communauté germanophone. Le montant de la bourse est fixé à 1 800 €.

Au niveau des nouvelles conditions d’octroi, il a été décidé d’objectiver les décisions pour éviter les dépassements budgétaires. Ces critères concerneront notamment l’importance de la compétence linguistique dans le projet de formation. Les candidats devront aussi passer un test définissant le niveau de connaissance afin de privilégier ceux qui obtiennent les meilleurs résultats. Pour les deux catégories qui touchent aux demandeurs d’emplois (voir points 2 et 3), les demandeurs les plus jeunes seront prioritaires.