Belgique

On sait que le président turc Recep Tayyip Erdogan doit assister, entre autres chefs d’Etat, au sommet de l’Otan à Bruxelles les 24 et 25 mai. Il pourrait anticiper sa venue dans la capitale belge de 12 à 24 heures et tenter d’y mobiliser ses partisans en vue du référendum qu’il envisage d’organiser sur le rétablissement de la peine de mort.

Le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur (PS) se dit déterminé à interdire tout rassemblement organisé sur le territoire de la ville à l’occasion de la visite du président turc. Il en a informé les autorités turques. 

Réponse d’Erdogan : "Je ne viens pas rendre visite à la ville de Bruxelles ou aux autorités belges, je me rends au Sommet de l’Otan. Le bourgmestre de Bruxelles n’est pas membre de l’Otan, il n’est pas en position de discuter de l’appartenance à l’Otan, il ferait mieux de rendre les rues de Bruxelles plus propres". Voilà qui va sûrement détendre l’atmosphère.


Réponse d'Yvan Mayeur

"Moi je dis à M. Erdogan et aux autorités turques qu'il n'est pas possible pour des raisons de sécurités d'organiser un meeting de M. Erdogan place Stéphanie à Bruxelles alors qu'il y a un sommet de l'Otan, qu'il y a 29 chefs d'Etat ici et une ville avec de vrais habitants. Ce n'est pas compatible. La tenue d'un meeting avec plusieurs milliers de personnes place Stéphanie pour un chef d'état étranger qui vient ici plaider des questions internes à son pays, ce n'est pas possible pour la ville de Bruxelles. C'est mon rôle de bourgmestre, responsable de la sécurité et de l'ordre public, de dire que ça ne va pas et que ça ne pourra pas avoir lieu", répond Yvan Mayeur au micro de nos confrères de RTL TVi.