Belgique

Au tour de Guy Coëme ? Le député bourgmestre PS de Waremme a, en tout cas, passé une très mauvaise journée jeudi. Un vent favorable, en effet, avait fait parvenir à des confrères des documents émanant de l’Association de promotion des intercommunales liégeoises (April), une ASBL financée par lesdites intercommunales et dont l’ancien ministre a été directeur général entre 1996 et 2007.

Les quotidiens de "Vers l’Avenir", sur leur site Internet et sous le titre "Comment Guy Coëme arrondissait ses fins de mois", affirmaient que celui-ci aurait facturé au total 60 000 euros à April entre janvier 2008 et mars 2009, dans le cadre d’une convention avec sa société de consultance Canyon International. "J’ai été averti que trois journalistes cherchaient quelque chose, nous a déclaré Guy Coëme, contacté dans la soirée. Mais aucun d’eux ne m’a appelé. Les documents en question sont internes à April. Il est clair qu’il y a quelqu’un ou un parti qui cherche à nuire". Sur le fond, l’homme politique précise que son contrat de consultance a visé à donner à April "un rayonnement sur la Wallonie et des contacts au niveau européen" ainsi qu’à assurer et faciliter la transition avec son successeur, l’ancien bourgmestre d’Ans Fernand Gingoux (PS).

"Moi aussi, j’avais bénéficié en 1996 d’un coaching de mon prédécesseur" Rejetant tout conflit d’intérêt, le maïeur waremmien ajoute que sa déclaration de mandats stipule clairement qu’il avait une consultance rémunérée et que sa déclaration fiscale est "strictement en ordre". Sa collaboration avec l’ASBL a pris fin début mai. Des poursuites en perspective ? "Je n’en suis pas là, répond Guy Coëme. C’est un coup d’épée dans l’eau. Certains ont voulu jeter un rideau de fumée là autour, alors que tout le monde pouvait être au courant puisque c’était déclaré Il y a des rapports d’activités, avec des traces de tout ce que j’ai fait et dont je suis fier". Au zénith, quand les plus hautes responsabilités lui incombèrent - présidence de l’exécutif régional wallon, Défense nationale, Communications -, Guy Coëme était déjà bourgmestre de Waremme. Il l’est redevenu en 2006, après la traversée du désert que lui valurent les affaires des années 90 (Agusta, Inusop) et leurs épilogues judiciaires. Il a retrouvé ensuite, en 2007, un siège au Parlement fédéral.

La direction d’April lui a été confiée à l’époque où il était frappé d’inégibilité politique. L’association créée en 1980 à l’initiative notamment de Tecteo (ex-ALE), l’AIDE, l’ALG, la CILE et Intradel, se présente comme un outil de communication au service des intercommunales liégeoises, avec pour but "d’assurer une vraie promotion de l’idée intercommunaliste".

Le conseil d’administration, indique Guy Coëme, a salué son travail. "Mais aujourd’hui, il y en a qui cherchent la moindre petite chose. Il y a une malfaisance quelque part, parce qu’on est dans un système poujadiste". Mais ce qui, bien sûr, suscitera des questions, c’est le montant des honoraires de consultance. Celui qui, pour l’heure, voit surtout "une attaque frontale contre le PS" ne l’ignore pas.