Belgique

Deux individus avaient été placés sous mandat d'arrêt pour la séquestration et le viol d'une étudiante, qui prétendait avoir été droguée dans une discothèque de Bruxelles et ramenée dans un studio de Charleroi pour y être abusée par plusieurs hommes. 

Réentendue par le juge d'instruction, elle a reconnu qu'elle était consentante. Les deux suspects ont été libérés. A la mi-janvier, la police locale de Charleroi était intervenue dans un appartement de Charleroi après l'appel à l'aide du frère de la jeune femme.

L'étudiante liégeoise de 18 ans avait passé son samedi soir dans une discothèque de Bruxelles avec des amis. Elle avait expliqué ne se souvenir que de bribes, comme si elle avait été droguée, et déclarait avoir été emmenée et séquestrée par des inconnus dans ce studio de Charleroi. Elle affirmait avoir été violée par cinq hommes, durant trois jours. Selon ses dires, elle avait pu récupérer son GSM et se localiser afin de donner une adresse à son frère.

Deux suspects avaient été immédiatement placés sous mandat d'arrêt pour viol et séquestration. Deux autres avaient été identifiés et étaient sur le point d'être interpellés.

Cependant, lors de l'examen du dossier, plusieurs éléments sont apparus incohérents à Me Jean-Philippe Mayence, conseil de l'un des inculpés. Ceux-ci ont été exposés lors de l'audience de jeudi devant la chambre du conseil. A la suite de celle-ci, la juge d'instruction a fait réentendre la jeune femme qui est revenue sur ses déclarations, expliquant n'avoir jamais été contrainte, enfermée ou privée de son téléphone. Les deux suspects ont donc fait l'objet d'une mainlevée et ont été libérés.