Belgique Les frais de scolarité au Québec seront moins lourds pour les jeunes francophones.

Rudy Demotte, le ministre-Président socialiste de la Fédération Wallonie-Bruxelles est à Québec et il envoie de bonnes nouvelles.

Jeudi, il a signé avec Philippe Couillard, son homologue outre-Atlantique, une entente qui facilitera l’accès des universités québécoises aux étudiants belges francophones.

Cet accord prévoit une réduction importante des frais de scolarité pour les étudiants belges francophones, à l’instar du système octroyé depuis quelques années aux étudiants français.

Concrètement, et sur la base de données pour l’année académique 2017-2018, ces frais se chiffreront désormais à 7.403 dollars canadiens (environ 4.748 euros) pour une inscription en premier cycle, contre 15.102 dollars (9.685 euros) avant l’accord et à 2.391 dollars (1.533 euros) en 2e et 3e cycles, contre respectivement 15.102 et 13.578 dollars avant l’accord.

Une collaboration renforcée

"Je me réjouis de la signature de cet accord qui soutient l’égalité sociale en levant l’obstacle financier de l’accès aux universités québécoises pour nos étudiants", a commenté Rudy Demotte dans un communiqué. Le socialiste espère en outre que cette signature en annonce d’autres, ainsi que des liens toujours plus resserrés entre la Fédération Wallonie-Bruxelles et le Québec.

"Alors que le Québec est aux prises avec des enjeux de pénurie de main-d’œuvre, a pour sa part commenté le Premier ministre du Québec Philippe Couillard, nous devons être en mesure d’offrir la meilleure formation possible aux Québécoises et aux Québécois, et ce, tout au long de leur vie. Nous devons également attirer chez nous les talents. C’est pour cette raison que dans la nouvelle politique internationale du Québec, nous avons comme objectif de promouvoir davantage à l’international l’offre éducative québécoise et d’intensifier la mobilité jeunesse et étudiante."