Belgique

Le taux de réussite à l'épreuve de juillet de l'examen d'entrée aux études en médecine et en dentisterie en Fédération Wallonie-Bruxelles a atteint 20,26%, a annoncé lundi l'Académie de recherche et d'enseignement supérieur (Ares). Un résultat qui inquiète la Fédération des étudiants francophones (FEF). Celle-ci y voit en effet un "taux de réussite qui stagne, puisqu'ils étaient à peine une quarantaine de moins (641) l'an dernier", explique-t-elle dans un communiqué. La FEF dit déplorer "la lame de fond de cet exercice" et estime que "ce mécanisme aggrave la situation déjà interpellante de nos soins de santé, marqués par une planification médicale inadéquate par rapport aux besoins et à la réalité".

La FEF regrette aussi le coût de l'organisation de cet examen.

Au total, ce sont 684 candidates et candidats qui ont été proclamés lauréats par le jury. Au départ, 3.376 jeunes ont passé l'épreuve. "Leur nombre étant inférieur à 30% des réussites (12,28% pour la médecine et 16,33% pour la dentisterie), il n'a pas été nécessaire de procéder au classement prévu pour respecter le quota fixé par le législateur pour les deux filières, et tous obtiennent donc leur attestation de réussite", stipule l'Ares.

Les candidats qui n'ont pas réussi l'épreuve recevront une seconde chance le 5 septembre prochain.