Belgique

Le CPAS avait demandé qu'un contrôle soit effectué au bâtiment du Paardenmarkt à Anvers, où a eu lieu l'explosion meurtrière de la semaine dernière, mais ce contrôle n'a pas eu lieu, rapportent jeudi les journaux de Mediahuis. Il est apparu que le CPAS avait ouvert début août un dossier sur ce bâtiment. Un habitant avait demandé une aide pour une garantie locative, une aide qui n'est accordée que si le locataire peut prouver que l'habitation est aux normes. Dans ce cas, aucune attestation allant dans ce sens n'a été produite.

Par ailleurs, des travailleurs sociaux avaient rendu visite, en août et en décembre, à un habitant du 3e étage, bénéficiaire du revenu d'intégration. Ils avaient signalé dans leur rapport avoir observé que la maison était en "très mauvais état", avec des taches d'humidité, un plafond troué et des fenêtres manquantes.

Le porte-parole du bourgmestre Bart De Wever (N-VA) confirme que les services de la ville s'intéressaient au bâtiment, mais indique que ce dernier n'était pas une priorité car "un signalement au sein des services de la ville n'équivaut pas à une demande formelle".

La réorganisation du service compétent, en charge de l'inspection des bâtiments destinés au logement, a probablement également joué un rôle, le nombre de contrôleurs ayant été réduit de 12 (en 2016) à 3 (en mai 2017), pointent les journaux flamands.