Belgique

Deux explosions ont eu lieu à la station de métro Maelbeek, située rue de la Loi à 9h11. Bilan provisoire: au moins 20 morts. Yvan Mayeur confirme qu'il y a 106 blessés à Maelbeek: 17 graves, 23 fortement atteints et 66 blessés plus légers.

L'attentat dans le métro bruxellois a fait au moins une vingtaine de morts, a annoncé mardi le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur au cours d'une conférence de presse. La situation est encore "extrêmement chaotique", a-t-il précisé. L'explosion survenue mardi matin dans une rame située à la station de métro Maelbeek a fait au moins 20 morts et 106 blessés, dont 17 sont dans un état grave. Une explosion s'est produite mardi vers 09h11 dans la dernière voiture d'une rame de métro qui se trouvait à l'arrêt à la station Maelbeek, en direction d'Arts-Loi.

Une rame de métro arrivait alors dans l'autre sens. Celle-ci a été évacuée à l'intérieur du tunnel. Elle n'était pas encore arrivée en station au moment de l'explosion.


Une explosion puissante

Selon un témoin, l'explosion était puissante et a fait trembler les vitres du guichet dans lequel il travaillait. Le service de déminage est sur place et l'armée. Tous les transports publics sont à l'arrêt à Bruxelles. Les tunnels Cinquantenaire et Loi sont fermés.

"C'est la guerre, c'est indescriptible. Tout est en morceaux, tout est détruit. En une quarantaine d'années de métier, c'est la chose la plus grave que j'ai vue", témoigne Pierre Meys, porte-parole des pompiers de Bruxelles.

Les secours sont arrivés rapidement sur place, ainsi qu'une équipe de déminage. "Tous les hôpitaux de la région bruxelloise ont également été avisés. Deux hôtels ont mis à disposition leurs locaux pour des postes médicaux avancés." Le périmètre de sécurité autour de la rue de la Loi, Maelbeek et Schuman a été élargi en raison du transport des victimes.

Une centaine de pompiers a été mobilisée à Maelbeek, selon M. Meys. Les blessés légers et les personnes en état de choc ont été pris en charge par des bus de la STIB ou dans des hôtels des environs.

La Stib est en contact permanent avec le Centre de crise. Toutes les lignes - métro, bus, tram - sont à l'arrêt. La Stib continuera à communiquer sur l'état de la situation dans le courant de la journée. La société remercie ses voyageurs et son personnel, "dont le calme et le professionnalisme ont permis à l'évacuation de se dérouler dans les meilleurs conditions possibles". En ces moments difficiles, la Société bruxelloise de transport public pense tout particulièrement aux victimes et familles des victimes, ainsi qu'aux membres de son personnel.


Chaos dans le quartier européen

La police a fermé l'accès au rond point Schuman et la rue de la loi est fermée. La zone est absolument à éviter en voiture. Le périmètre de sécurité a été élargi autour du Berlaymont, à proximité de Schuman et de la rue de la Loi. La presse a également été repoussée plus loin.

Certaines personnes qui se trouvaient au bâtiment du Berlaymont, qui abrite la Commission européenne, commençaient à le quitter mardi vers 15h00. Il ne s'agit cependant pas d'une procédure d'évacuation du building et de nombreux membres du personnel poursuivent leurs activités, a précisé une porte-parole de la Commission. La Commission européenne, située au rond-point Schuman, avait appelé ce matin ses employés à rester chez eux ou dans leurs bureaux, à la suite d'explosions survenues à l'aéroport de Zaventem, ainsi que dans la station de métro Maelbeek, située à proximité des institutions européennes.



Rond-point Schuman bouclé

Le rond-point Schuman est bouclé. Seules passent des ambulances, en trombe. A 300 mètres, l'entrée de la station Maelbeek. Des civières sont alignées. "Il y a beaucoup de blessés, peut-être des morts". La dame, pleure, sous le choc. Elle ne sait plus d'où elle vient, juste qu'elle était au -1 de la station Maelbeek, qu'elle a entendu l'explosion et qu'elle a couru, ou pas ­elle ne sait plus.

Un quadragénaire est en pleurs. "J'ai raté la rame qui a sauté. Ce n'était pas mon heure. Ce n'était pas mon jour".

Un autre témoin parle d'une vingtaine de blessés. "J'étais dans la station, en bas. Je suis restée avec une dame qui était brûlée à la main."

Des ambulances du Smur (Service médical d'urgence) arrivent en trombe, suivis par des voitures de la Croix-Rouge. "C'est le chaos là-bas", témoigne un homme, "des gens sont couchés à même la rue".

Peter Persyn, député flamand (NV.A), devait se rendre à une commission ce matin. "Comme je suis médecin, j'ai propose mon aide". la police lui a refusé l'accès à la rue de la Loi. "On m'a dit que c'était trop dangereux, qu'il y avait toujours un risque d'autres attentats. Les secours font ce qu'ils peuvent mais c'est un peu la pagaille là-bas, on ne peut pas accéder".

Un hélicoptère tournoie dans le ciel. Une vingtaine de personnes sortent du périmètre de sécurité: des employés du VDAB, évacué. "Le métro passe sous la cantine".