Belgique

Un certain nombre de hauts gradés au sein de l'armée potentiellement impliqués dans la non-transmission d'une étude sur les possibilités de prolonger l'activité des F-16 ont renoncé provisoirement à exercer leurs fonctions, a indiqué mercredi à Belga le général Marc Compernol, chef de la Défense.

"Aujourd'hui, en ma qualité de chef de la Défense, avec le ministre de la Défense Steven Vandeput, je me suis entretenu avec plusieurs personnes potentiellement impliquées dans la non-transmission de l'étude sur l'usure des métaux. Ces personnes ont proposé de se retirer de leurs fonctions le temps de l'enquête. Elles restent disponibles pour l'enquête. Le ministre et moi-même avons toute confiance dans le déroulement de l'enquête", a déclaré M. Compernol.

La Défense ne souhaite pas préciser l'identité ainsi que le nombre de militaires concernés. Le colonel Harold Van Pee a cependant confirmé à Belga qu'il en faisait partie. D'après le journal De Morgen, le chef de la composante Air Frederik Vansina ainsi que le général Luc Roelandts et le colonel Peter Letten ont également fait un pas de côté.

Au moins 3 généraux ont manipulé les informations sur les F-16

Plusieurs hauts gradés de l'armée savaient que la durée de vie des avions F-16 pouvait être prolongée mais ont sciemment caché cette information. Au moins trois généraux sont impliqués, rapporte mercredi la VRT, qui a pu consulter plusieurs courriels et documents. Sur son site internet VRT NWS, la chaîne publique flamande indique avoir été alertée par une source au sein de la Défense. Durant l'été 2016, ce membre de l'armée a été informé par le constructeur Lockheed Martin que les chasseurs F-16 pouvaient rester en activité plus longtemps que prévu. Il a alors demandé des chiffres plus détaillés pour être sûr.

Quand il l'a fait savoir au colonel Letten, son supérieur hiérarchique, le commandant de la composante Air belge, Frederik Vansina, est directement intervenu auprès de la firme. Mais l'informateur de la VRT a alors reçu par courriel la consigne de rester prudent "tant que personne ne pense que les F-16 peuvent voler plus de 8.000 heures. Fais bien attention", lui a-t-on écrit.

Lockheed Martin a ensuite fourni les chiffres plus détaillés demandés. Mais lors de leur présentation à un groupe de hauts officiers, la source a reçu de son supérieur l'ordre de ne pas utiliser le slide avec les chiffres sur la prolongation de la durée de vie des F-16. "Ce n'est pas le bon moment. Le programme d'achat est arrivé à une phase cruciale. Nous ne voulons pas perturber ce moment sensible."

Le lanceur d'alerte a tout de même transmis les données à deux généraux ainsi qu'au colonel chargé du programme de remplacement des F-16, Harry Van Pee. Il a demandé explicitement de tout envoyer au chef de la Défense et au ministre Steven Vandeput (N-VA), mais cela n'a manifestement jamais été fait.