Belgique Salah Abdeslam, par son attitude lundi à son procès, a immanquablement marqué des points auprès de la frange la plus radicale, sensible aux discours djihadistes : c’est l’avis de l’islamologue Alain Grignard, membre du Centre étude sur le terrorisme et la radicalisation. L’islamologue, qui travaille depuis 30 ans dans le domaine de l’islamisme radical et du terrorisme au sein de la police judiciaire fédérale, estime que Salah Abdeslam a géré, de main de maître, sa communication.