Belgique

Le ministre flamand des Affaires intérieures Geert Bourgeois (N-VA) a signé mardi un arrêté rejetant pour la troisième fois, depuis les élections communales de 2006, la candidature des bourgmestres non-nommés des communes à facilités de Crainhem, de Linkebeek et de Wezembeek-Oppem, a-t-il annoncé mardi devant le parlement flamand.

Son prédécesseur Marino Keulen (Open Vld) avait également rejeté la candidature des trois maïeurs faisant fonction, à la fin des années 2006 et 2008, estimant que ceux-ci n'avaient pas respecté les lois linguistiques, notamment en ayant envoyé des convocations électorales en français.

Les trois communes avaient à chaque fois été invitées à introduire un nouvel acte de candidature, ce qu'elles avaient fait en proposant les mêmes candidats, à savoir MM. Arnold d'Oreye (Crainhem), Damien Thiéry (Linkebeek) et François van Hoobrouck (Wezembeek-Oppem).

Leur dernier acte de candidature remontait à avril 2009. Le temps pris par Geert Bourgeois pour signer l'arrêté de non-nomination tient au fait, selon lui, qu'il a examiné "toutes les pistes possibles" pour dégager "une solution constructive", ce qui n'a "hélas" pas abouti.

Le ministre N-VA a repris la motivation de son prédécesseur: "violation répétée des lois linguistiques à l'occasion de l'envoi des convocations électorales", et "déni malveillant et intentionnel de la législation linguistique".

"Ils ne sont et ne seront jamais bourgmestres d'une commune flamande", a ajouté Geert Bourgeois. L'arrêté de non-nomination a été envoyé mardi aux communes concernées assorti d'une demande de formuler, aussi rapidement que possible, une proposition d'"autres candidats acceptables".