Belgique

Philippe Moureaux a été contraint de faire le tour des plateaux de télévision, lundi, pour défendre sa gestion de Molenbeek. L’ex-bourgmestre socialiste est resté sur une ligne de défense simple : attribuer les déboires budgétaires de sa commune à la nouvelle majorité en s’estimant visé par une sorte de cabale politico-médiatique. 

Il rappelle aussi que le MR s’occupait alors du portefeuille des finances, ce à quoi la bourgmestre libérale Françoise Schepmans répond que le pouvoir était centralisé chez Moureaux. Ceci n’enlève rien aux faits révélés par "La Libre" lundi (défauts comptables, dette abyssale... tous les détails ici) et qui concernaient bien les années ou Philippe Moureaux était bourgmestre. Pourquoi la tutelle régionale a-t-elle continué à approuver les budgets molenbeekois ? C’est une des questions que se pose le FDF, membre de la majorité régionale, qui interpellera le gouvernement bruxellois. Les amarantes réclament un audit des comptes de la commune et s’opposent à ce que la Région vienne éponger des dettes résultant d’une gestion publique hasardeuse.