Belgique

Farid Bamouhammad a réintégré volontairement ce mercredi peu après 16H00 la prison de Saint-Gilles après la demande formulée par le parquet général de Bruxelles. Son retour en prison s'est réalisé sans incident. Ses avocats envisagent d'introduire à nouveau une demande de libération provisoire pour raison de santé devant le juge de l'application des peines. Farid Bamouhammad avait été libéré le 30 novembre 2014 pour raisons médicales après avoir entamé une grève de la faim. Après plusieurs étapes de procédure, la cour d'appel de Liège avait réformé lundi l'ordonnance de sa libération. Après plus de 4 mois de liberté, Farid Bamouhammad a été invité ce mercredi par le parquet général à de Bruxelles, en charge de l'exécution de la décision, à rejoindre la prison de Saint-Gilles. L'un de ses avocats, Me Marc Nève, a précisé qu'il s'est soumis à cette décision de manière volontaire.

Selon Me Nève, Farid Bamouhammad se trouvait dans un bon état d'esprit. "Il a des craintes mais il sait qu'il rentre avec l'espoir de sortir. C'est paradoxal, mais il voulait rentrer et dans de bonnes conditions. D'où ce retour volontaire qui s'est déroulé sans incident. C'est, selon nous, un atout essentiel par rapport aux quatre mois qui viennent de s'écouler", a indiqué Me Nève.

Farid Bamouhammad devait comparaître le 20 avril prochain devant le tribunal de l'application des peines. Mais selon la défense, le parquet s'apprêterait à supprimer cette audience, laquelle serait devenue sans objet depuis la réintégration volontaire de Farid Bamouhammad ce mercredi. Mais la défense compte préparer un dossier et soumettre à nouveau une demande de libération provisoire pour raison de santé au juge de l'application des peines, qui aurait dans ce cas de figure 7 jours pour statuer sur une demande de ce type.

"Les médecins et les psychiatres qui ont accompagné Farid Bamouhammad ces quatre derniers mois sont formels et d'accord pour dire que ses problèmes de santé ne peuvent être soignés là où ils ont pris racine", a précisé Me Nève.

L'avocat a encore souligné que la situation dans laquelle Farid Bamouhammad s'est retrouvé est exceptionnelle. Elle découle d'une procédure qui avait un caractère tout aussi exceptionnel et, selon la défense, le ministre de la Justice Koen Geens avait fait appel de la décision afin de ne pas créer un précédent. "Farid Bamouhammad était présenté comme un danger public mais il a démontré le contraire durant ces quatre mois. Son espoir est de ressortir de prison", a conclu Me Nève.