Belgique

Quelque 300 gilets jaunes ont retrouvé le chemin du site Total à Feluy, mardi soir.

Les manifestants faisaient face à la police, au niveau de la route Baccara, qui longe le canal. Des casseurs, certains venus apparemment de France, se sont à nouveau joints aux manifestants pacifiques. Certains étaient cagoulés, d’autres portaient un masque Anonymous.

Alors que plusieurs lançaient des pétards, des fumigènes et feux d’artifice, une trentaine d’activistes s’est décidée à monter sur le pont de l’autoroute. Les gilets jaunes ont même allumé plusieurs brasiers. Il y a donc fort à craindre pour le revêtement de l’autoroute qui devra potentiellement faire l’objet d’une rénovation.

© D.R.

Certains lançaient également des briques sur les forces de l’ordre. Dans une vidéo publiée en live sur Facebook, on peut entendre un manifestant s’enthousiasmer à l’idée de ramasser des briques : "Impeccable, on pourra canarder les flics quand ils arriveront."

Plus d’une cinquantaine de policiers étaient présents pour tenter de contenir les manifestants. Ils étaient équipés d’un camion autopompe.

Après une soirée de lundi très agitée à Feluy où des casseurs s’étaient déjà immiscés dans le mouvement (fumigènes, brasiers, camion brûlé, etc.), les manifestants ont encore bloqué l’autoroute E19 mardi durant une bonne partie de la matinée. Des arbres étaient couchés au milieu de la route tandis qu’un tronçon de dix kilomètres a été préventivement fermé à la circulation par la police.

© D.R.

Notons que plusieurs personnes ont été interpellées, dont Cédric Zachariou, l’un des meneurs du mouvement.

Le calme était revenu durant l’après-midi. La police avait mis en place en barrage pour interdire tout véhicule d’entrer sur le site. Hormis des équipes de nettoyage et de réparation de la chaussée mais surtout des dizaines de camions-citernes qui ont profité de la brèche pour se réapprovisionner au dépôt de carburant durant l’après-midi et le début de soirée.

Les gilets jaunes semblaient avoir déserté les lieux. Mais pour mieux revenir. Ils ont en effet profité de l’après-midi pour mettre en place des rassemblements qui se sont opérés en début de soirée aux abords du site.