FGTB: "Un paradis fiscal pour les riches"

Vincent Rocour Publié le - Mis à jour le

Belgique Entretien

Coïncidence. Alors que l’on apprenait que l’homme le plus riche de France, Bernard Arnault, avait introduit une demande de naturalisation en Belgique, la FGTB convie ses affiliés à venir manifester vendredi à Ixelles pour une "fiscalité plus juste". Pourquoi Ixelles et pas les grands boulevards du centre-ville ? Parce que de nombreux Français s’y sont installés pour éviter de payer l’impôt sur la fortune. La preuve pour le syndicat socialiste que la Belgique est un "paradis fiscal" pour les riches. La secrétaire générale de la FGTB, Anne Demelenne expose ses vues.

Que vous inspire la demande de naturalisation de Bernard Arnault ?

Il ne faut pas être naïf. Voilà quelqu’un qui vient chez nous, de façon tout à fait légale, pour éviter de payer des impôts dans son pays. C’est très révélateur. La Belgique est un paradis fiscal pour les plus fortunés et un enfer pour les travailleurs. Mais nous ne sommes pas fatalistes. Il y a moyen de changer les choses. C’est pour cela que nous mobilisons vendredi à Ixelles. Chaque jour, on a des informations qui nous confortent dans notre action. La semaine dernière, nous apprenions que les banques suisses détenaient 30 milliards de dépôt frauduleux venant de clients belges. On peut mettre une autre politique fiscale en Belgique. Il y a des solutions. Des solutions qui ne vont pas faire fuir tous les capitaux, mais qui empêchent que la fiscalité soit utilisée comme un instrument de dérégulation au niveau européen.

N’est-on dès lors pas condamné à agir, en matière fiscale, au niveau européen ?

Il faut agir à tous les niveaux. Cela fait des années que j’entends l’ancien ministre des Finances nous dire qu’il faut d’abord travailler au niveau européen. Nous ne sommes pas d’accord. Si tous les pays européens utilisent le même argument, rien ne changera jamais. Le gouvernement belge a dit qu’il lèverait le secret bancaire en Belgique. La décision a été prise. Mais elle n’est toujours pas effective. C’est pourtant le cas dans de nombreux pays. On pourrait au moins avoir un cadastre des fortunes. Si tout le monde paye correctement ses impôts, on permettra aux travailleurs d’être moins sollicités sur le plan fiscal.

Pour la FGTB, rééquilibrer la fiscalité, c’est taxer les grosses fortunes pour baisser la fiscalité sur les revenus du travail ?

Les hauts revenus sont parfois aussi des revenus du travail. Nous n’oublions pas que Monsieur Reynders a supprimé en son temps les tranches d’imposition de 52,5 % et de 55 % sur les plus hauts revenus. Pour nous, ceux qui ont des revenus supérieurs à 8 000 euros devraient être frappés d’une fiscalité différente. Cela ne ruinera pas les personnes en question, et la fiscalité deviendrait plus juste. On devrait aussi revoir la taxation sur les revenus immobiliers et mobiliers. Les plus-values ne sont pas taxées. Ce n’est pas normal. Si on va chercher de l’argent ailleurs, on pourrait alors effectivement alléger la fiscalité sur les bas et moyens salaires. On pourrait aussi refinancer les services publics. Ces derniers rendent un service au public : c’est une forme de salaire.

Seriez-vous choquée si la Belgique devait accorder la nationalité belge à Bernard Arnault ?

Il ne m’appartient pas à me prononcer. Il faut voir les motivations de Bernard Arnault. Mais si sa demande a pour objectif d’éluder l’impôt, il y a un problème d’éthique. Le monde politique belge devrait alors s’interroger sur le régime fiscal dans le pays. Et le rendre plus juste.

Publicité clickBoxBanner