Belgique

Inès El Khannouss, la fille de l'échevin des sports de Molenbeek, Ahmed El Khannouss (cdH), a été inculpée dans le cadre du dossier relatif à la filière terroriste de Jumet, dont plusieurs membres avaient l'intention de se rendre en Syrie, rapporte RTL Info dimanche. 

Interpellée en février dernier, elle avait été remise en liberté sous conditions. Elle sera renvoyée devant le tribunal correctionnel à une date qui n'a pas encore été fixée, a confirmé dimanche le parquet fédéral. "Le seul élément qui explique la citation du nom de ma fille dans le dossier est basé sur le fait qu'elle est tout simplement tombée amoureuse, à l'insu de ses parents, d'un des inculpés qui lui avait caché ses activités et idées. Il s'agit d'une étudiante épanouie au comportement irréprochable, mais qui a été la victime naïve d'une relation amoureuse faussée", a indiqué Ahmed El Khannouss dans un communiqué. "Comme elle l'a déclaré de manière très claire à la justice, elle n'a jamais défendu de thèses radicales, a toujours pratiqué l'islam modéré et ouvert de ses parents et a toujours dénoncé toute radicalisation dans la société. Tous les éléments du dossier le démontrent."

"Il n'est donc pas question dans cette affaire de la moindre activité en lien avec le terrorisme mais juste d'une simple histoire d'amour malheureuse", ajoute M. El Khannouss, qui se dit "effondré" par cette affaire.

Inès El Khannouss n'a jamais été placée sous mandat d'arrêt et n'a été inculpée qu'en bout de course, selon une source proche du dossier. Son avocat Michel Bouchat avait plaidé le non-lieu devant la chambre du conseil avant son renvoi décidé mercredi. Elle a encore la possibilité de se pourvoir en appel.