Belgique

"Pieter De Crem l'a introduit pour compenser les départs provoqués par son plan de restructuration: ceux des militaires âgés, ou déclarés inaptes, ou encore ayant muté. Comme il a annoncé son ambition de rester à un niveau équivalent ou supérieur en terme de défense, il doit bien trouver de la chair fraîche, de la chair à canon", affirme-t-il.

Selon M. Flahaut ce type de service, basé sur le volontariat, "va essentiellement donner lieu à des recrutements de jeunes sans formation". "On leur promet une solde pendant trois mois, ils seront logés, nourris, et puis après, ils pourront s'engager pour trois ans. (...) Pas pour rester en Belgique, mais pour partir en opération. Avec de gros risques à la clé: ils n'auront pas reçu une formation ad hoc par rapport à celle dispensée à des militaires professionnels. De Crem a d'ailleurs annoncé, dans son plan de finalisation, l'abandon d'un certain nombre de formations, coûteuses", a ajouté l'ancien ministre.

Ce qu'a démenti un porte-parole de la Défense, assurant que ces jeunes auront la même formation que les militaires professionnels. Au 'Laatste Nieuws", M. Flahaut affirme que le projet de son successeur ne ressemble plus au service d'utilité collective (SUC) instauré par la loi du 11 avril 2003 mais jamais mis en oeuvre.