Belgique

Le prédicateur koweïtien Tareq Al Suwaidan qui avait été invité à prendre part à la Foire musulmane organisée du 7 au 10 novembre prochain à Bruxelles se verra interdire l'accès au territoire belge, a annoncé mardi après-midi le cabinet du ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA).

"Sur base du rapport de l'OCAM (Organe de Coordination pour l'Analyse de la Menace), des multiples contacts pris entre les autorités, les administrations et les services de renseignements, Jan Jambon, vice-premier ministre et ministre de la Sécurité et de l'Intérieur a donné instruction à l'Office des Etrangers de prendre les dispositions nécessaires pour interdire l'accès au territoire et le séjour à Tareq Al Suwaidan", a indiqué la porte-parole du ministre.

"Pour le Premier ministre Charles Michel et le ministre Jan Jambon, c'était la seule décision à prendre. Ce prédicateur tient des propos antisémites inacceptables. Sa présence chez nous représente un danger pour l'ordre public", a encore souligné la porte-parole de M. Jambon.

"Sous la pression du lobby sioniste, le gouvernement belge a décidé de m'empêcher l'accès à son territoire (même si j'ai un visa valable)", a déclaré Tareq Al Suwaidan sur sa page Facebook.


La LBCA salue cette décision

Joël Rubinfeld, président de la Ligue belge contre l'Antisémitisme (LBCA), salue l'interdiction d'accès au territoire et de séjour annoncée mardi par le gouvernement fédéral à l'encontre de Tareq Al-Suwaidan. La LBCA a relevé, à travers des publications sur Youtube, des allocutions de Tareq Al-Suwaidan qui dépassent ses incitations à "l'éradication de l'Etat d'Israël". Parmi celles-ci, figurent la citation "la chose la plus dangereuse, le plus grand ennemi auquel sont confrontés les musulmans sont les Juifs", ainsi que des appels à "chaque mère musulmane à biberonner ses enfants à la haine des fils de Sion afin qu'une nouvelle génération se lève pour les rayer de la surface de la planète" et à tout musulman à "prendre part à ce combat, où qu'il se trouve - de l'Indonésie aux États-Unis". Ce dossier a été remis au gouvernement lors d'une réunion au ministère de l'Intérieur organisée le week-end du 25 octobre et a été transmis au ministère des Affaires étrangères.

"Dans le contexte explosif actuel, avec la question des djihadistes en Syrie et en Irak et quelque mois seulement après l'attentat au musée juif, la Belgique se devait de faire preuve d'une vigilance extrême", estime Joël Rubinfeld. "J'ai été surpris de l'intervention du bourgmestre de Bruxelles sur une question qui relève du fédéral, mais il se pourrait qu'Yvan Mayeur (bourgmestre de la Ville de Bruxelles, ndlr) soit amené à prendre des mesures si Tareq Al-Suwaidan vient à la Foire musulmane malgré l'interdiction de territoire".

"Le prêche de Tareq Al-Suwaidan vise chez nous 40.000 Belges juifs et 500.000 à 600.000 Musulmans en Belgique. C'est vraiment l'importation du conflit. On sait ce qu'il charrie. Des gens viennent à la foire pour voir le promoteur du djihad sans frontières. C'est un jeu de dupes", a encore souligné Joël Rubinfeld en réaction à la défense établie ces dernières semaines par les organisateurs de la foire musulmane.

Mischaël Modrikamen, Président du Parti populaire, voudrait aller encore plus loin. Il n’a pas moins de cinq orateurs dans son collimateur : il évoque Tareq al-Suwaidan mais y joint aussi Ratib Nabulsi "qui veut la mort des homosexuels", Ahmed Jaballah, un proche du Hamas, Tariq Ramadan qu’il ne faut plus présenter et Yacob Mahi, en fait un professeur belge qu’il accuse de négationnisme.

La LBCA comme le Parti populaire ont donc demandé au ministre de l’Intérieur d’interdire l’accès au territoire de tous les précités. Sauf bien sûr Yacob Mahi puisque c’est un citoyen de chez nous…