Belgique

Le tribunal des référés de Mons (ouest de la Belgique) a interdit vendredi la diffusion en Belgique de «Frozen », un titre interprété par la chanteuse américaine Madonna, donnant raison à un compositeur belge qui estimait que la chanson constituait un plagiat d’un de ses morceaux.

«Je rends à César ce qui appartient à César », a déclaré à l’issue de l’audience le juge Xavier Hiernaux.

Originaire de Mouscron, à la frontière franco-belge, Salvatore Acquaviva, avait composé en 1979 «Ma vie fout le camp ».

Le tribunal a estimé dans son jugement qu’une partie de cette oeuvre méconnue, à savoir quatre mesures, avait effectivement été plagiée par la chanteuse américaine dans sa chanson «Frozen », en 1998.

Tirée de l’album «Ray of Light », «Frozen » avait atteint la deuxième place aux hit-parades américains et avait dès lors rapporté d’importants revenus à Madonna.

Lors d’une audience précédente, Salvatore Acquaviva avait expliqué au tribunal que Madonna avait entendu «Ma vie fout le camp » lors d’un passage à Mouscron à la fin des années 1970.

La future «Material Girl », jeune danseuse new-yorkaise inconnue, avait été recrutée pour accompagner sur scène Patrick Hernandez, un Français auteur du tube disco planétaire «Born to Be Alive » dont les disques étaient produits à Mouscron.

«Il ne s’agit que d’une première étape, certes importante, mais il reste un chemin difficile à parcourir. Il faut maintenant discuter des droits d’auteurs perçus sur Frozen », a déclaré vendredi l’avocat de Salvatore Acquaviva, Victor-Vincent Dehin, sans préciser les sommes réclamées par son client.

La défense, qui considère comme non fondées les preuves avancées par les demandeurs et qui soutient que Madonna ne s’est jamais rendue à Mouscron, avait réclamé 25.000 euros pour «procédure vexatoire et téméraire ».