Fusillade mortelle: la police fédérale publie les photos de l'auteur

GIL.,C.Le avec rédaction en ligne et Belga Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Belgique

La police fédérale a publié sur son site internet dimanche peu après 17h00 deux photos et trois vidéos sur lesquelles apparaissent l'auteur de la fusillade perpétrée samedi au Musée juif de Belgique à Bruxelles ayant fait quatre morts. On y voit un homme de corpulence moyenne et athlétique faisant usage d'une Kalashnikov. L'auteur que l'on voit tirer sur l'une des vidéos, portait une casquette de couleur sombre avec un logo clair sur la face avant du côté gauche. Il arborait également un vêtement de couleur bleue claire avec un logo clair à hauteur de la poitrine du côté gauche, un pantalon de couleur sombre et des chaussures également de couleur sombre avec des semelles claires, détaille la police fédérale.

L'homme était en outre équipé d'un sac en bandoulière de couleur sombre avec un logo blanc de petite taille et d'un sac de sport également sombre avec logo clair.

Le suspect a fait usage d'une arme d'épaule avec crosse pliable de type Kalashnikov avant de prendre la fuite à pied dans la direction de la rue des Chandeliers puis de la rue Haute, dans le quartier des Marolles où il a été perdu de vue.

L'homme "est de corpulence moyenne, athlétique et se déplace souplement", souligne l'avis diffusé sur le site de la police fédérale (www.polfed-fedpol.be).

La police fédérale demande à toute personne susceptible d'identifier l'auteur de cette agression mortelle ou disposant d'informations, de prendre contact avec le numéro 0800/30300.

Des centaines de personnes rassemblées devant le Palais de justice de Bruxelles

A l'appel du Centre d'action laïque (CAL), entre 500 et 1.000 personnes, selon la police, se sont rassemblées, dimanche à 17 heures, devant le Palais de justice de Bruxelles, pour exprimer leur solidarité aux familles des victimes de la fusillade au musée juif de Belgique à Bruxelles. Le rassemblement a débuté par une minute de silence. A l'initiative du Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB), des bougies ont été allumées en signe de recueillement à 19 heures devant le musée juif où trois personnes ont perdu la vie. "Le premier acte visé par ce rassemblement est de marquer sa solidarité avec les familles des victimes et la communauté juive", a exprimé Henri Gutman, vice-président du CCOJB.

Pierre Galand, président sortant du CAL, estime que "cet événement va marquer la vie de notre pays et interpeller les politiques à savoir où en est la lutte contre l'antisémitisme. Est-ce qu'on tombe dans un communautarisme dangereux ? On ne le sait pas, mais on doit prendre la mesure des choses".

La ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet (cdH) a assuré qu'il y a actuellement par précaution une présence policière permanente devant l'ensemble des lieux de rassemblement de la communauté juive en Belgique. "Nous garderons ce dispositif jusqu'à nouvel ordre. Nous verrons l'évolution de l'enquête. (...) On a un faisceau de faits qui laissent penser évidemment à un acte antisémite. Mais, c'est aux enquêteurs de pouvoir le confirmer de façon définitive sur base des éléments dont ils disposent. Le doute et la présomption sont évidemment encore là".

Des centaines de personnes rassemblées à Paris

Quelques centaines de personnes, dont des représentants de la communauté juive de France et des hommes politiques, se sont rassemblées dimanche soir à Paris pour rendre hommage aux victimes de la fusillade au Musée juif de Bruxelles et crier leur colère.

"Les juifs sont dans la rue, les juifs sont en colère, les juifs sont inquiets, mais ils sont debout", a lancé le président du consistoire israélite de France Joël Mergui.

Selon le parquet, l'auteur a agi seul et était visiblement bien préparé. Trois personnes ont été tuées sur le coup. Il s'agit d'un couple de touristes israéliens domiciliés à Tel-Aviv et d'une Française.

Un suspect a été interpellé samedi en fin de journée mais son audition a démontré qu'il ne s'agissait que d'un témoin. Le parquet a confirmé que ce dernier avait été remis en liberté.une porte-parole du parquet.

Le parquet de Bruxelles n'a pas encore assez d'éléments pour affirmer ou infirmer qu'il s'agit d'un acte antisémite.

Des citoyens fleurissent l'entrée du musée juif de Belgique

Des citoyens ont spontanément déposé des gerbes de fleurs, tout au long de la journée de dimanche devant les portes du musée juif de Belgique, situé au 21 de la rue des Minimes, à Bruxelles, où est survenue, samedi, à 16 heures, une fusillade mortelle. Le Rabin Pevzner de la communauté juive du quartier européen Schuman à Bruxelles a lui-même déposé des fleurs devant le musée en matinée. "Nous avons tenu à exprimer nos condoléances aux familles des victimes", a-t-il dit. "On ressent cette montée de l'antisémitisme qui, malheureusement, fait qu'on n'est presque pas choqué de ce qui est arrivé", a-t-il ajouté.

Une habitante belge du quartier a déposé une rose vers 14h30 en signe de recueillement. Elle a toutefois attendu 16 heures pour symboliquement marquer sa solidarité 24 heures après la fusillade. "Je suis sensible au drame qui vient de frapper la communauté juive. Si le musée était palestinien, j'aurais été là également", a-t-elle expliqué.

Elio Di Rupo s'est entretenu par téléphone avec Netanyahou et Hollande

Le Premier ministre Elio Di Rupo s'est entretenu par téléphone avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et le président français François Hollande, après la fusillade survenue samedi au Musée juif de Belgique, qui a coûté la vie à trois personnes. "Au nom du gouvernement belge, il leur a exprimé ses sincères condoléances", indique le cabinet du Premier ministre dimanche dans un communiqué. Comme l'a confirmé le parquet de Bruxelles, deux victimes de la fusillade perpétrée samedi au Musée juif de Belgique, à Bruxelles, ont la nationalité israélienne et la troisième a la nationalité française. Une quatrième personne blessée lors de la fusillade, de nationalité belge, est hospitalisée. Sa situation est extrêmement critique.

Elio Di Rupo a manifesté à son homologue israélien la profonde solidarité de la Belgique et des Belges envers le peuple d'Israël et la communauté juive de Belgique.

Le Premier ministre s'est également entretenu avec les membres de la famille de la victime belge. Il leur a assuré du soutien complet de l'ensemble des autorités belges.

"Le gouvernement belge condamne avec force les actes de barbarie qui ont été commis hier (samedi) à Bruxelles. L'attaque odieuse dans le Musée Juif de Belgique est une attaque contre la communauté juive et une attaque contre les valeurs de notre démocratie", poursuit le communiqué.

Le Premier ministre, la ministre de la Justice et la ministre de l'Intérieur rencontreront ce dimanche après-midi le président du Congrès juif européen à Bruxelles. Ils appellent, par ailleurs, avec insistance les médias à respecter la vie privée des victimes et de leurs familles dans ces circonstances tragiques.

Niveau de menace relevé

Présent lors de la conférence de presse de samedi soir, le Premier ministre Elio Di Rupo a assuré qu'"on a mobilisé tout ce qui était mobilisable dans le cadre de cette horrible situation". La ministre de la Justice Annemie Turtelboom, elle aussi présente, a indiqué que la Sûreté de l'Etat prête assistance aux procureurs général et fédéral. La juge d'instruction Bernando-Mendez, spécialisée dans les affaires terroristes, a été requise pour mener l'enquête.

Enfin, la ministre de l'Intérieur a confirmé que le niveau de menace des lieux où se rassemblent des personnes de la communauté juive a été élevé dans l'ensemble du pays au niveau 4 -le stade maximal- qui signifie une présence policière permanente. Elle précise que l'Ocam (Office central d'analyse de la menace) ne dispose d'aucune information qui permettrait de craindre pour la sécurité de la population, notamment pour le vote de dimanche.

Quatre victimes

Une fusillade mortelle s'est produite cet après-midi au Musée de Juif de Bruxelles. À bord d'une voiture de marque Audi, un homme s'est garé en double file à hauteur de l'entrée du Musée juif de Belgique, rue des Minimes à Bruxelles. Un passager en est sorti. Le conducteur est lui aussi sorti de la voiture, a déposé deux sacs par terre puis a ouvert le feu sur des passants. Il est ensuite remonté dans son véhicule pour prendre la fuite.

Deux femmes et un homme ont été tués. Les victimes de la terrible fusillade survenue samedi à Bruxelles sont un couple de touristes israéliens, le préposé à l'accueil et une bénévole.L'information est confirmée par le patron de la police de Bruxelles-Ixelles Guido Van Wymersch et l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (Ocam). La quatrième victime de l'attaque menée samedi contre le Musée juif de Belgique à Bruxelles est dans un état "extrêmement critique", a indiqué dimanche le bourgmestre (maire) de Bruxelles, Yvan Mayeur, à l'agence Belga. De même, un témoin aurait pu relever la plaque d'immatriculation de l'Audi.

Présent, par hasard, dans le quartier, le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders est l'un des premiers témoins du drame: "J'ai entendu les coups de feu, je me suis précipité et j'ai vu les corps par terre", nous a-t-il déclaré. La ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet était elle aussi dans le quartier. Elle est arrivée sur place quelques minutes après son homologue du gouvernement. D'après elle, "tout porte à croire qu'il s'agit d'un attentat antisémite."

Présent sur place, le président du consistoire central israélite de Belgique Julien Klener nous a confié qu'il "n'y a pas eu de menaces récentes sur le musée juif de Belgique"

Interrogé par RTL-TVi, Yvan Mayeur a expliqué très ému :"C'est probablement un acte terroriste. Pour nous c'est un acte extrêmement grave. Tous les responsables du Musée Juif sont là. Ils sont sous le choc. On ne sait pas s'il s'agit de passants ou de membres du personnel. " "La police est sur un piste sérieuse", déclare encore le bourgmestre de Bruxelles.

Le niveau de menaces pour les intérêts juifs élevé à son plus haut niveau

Le cabinet de la ministre de l'Intérieur indique samedi que le niveau de sécurité maximal a été décrété sur tous les lieux liés aux intérêts juifs en Belgique, à la suite de la fusillade survenue peu avant 16 heures au Musée juif de Belique à Bruxelles et qui a fait trois morts et un blessé grave. Une réunion de coordination est en cours et une communication vers la presse est prévue à 20h00.

"La décision de relever le niveau de la menace a été prise sur base de toues les informations dont nous disposons pour le moment", explique-t-on au cabinet de la ministre. Le Premier ministre Elio Di Rupo (PS), la ministre de la Justice Annemie Turtelboom (Open VLD), la ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet (cdH) et le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur (PS) assistent à la réunion de coordination avec les différents services dont le parquet de Bruxelles descendu sur les lieux.

Suspension du Brussels Jazz Marathon au Sablon

Le Brussels Jazz Marathon a été suspendu samedi aux environs de 17h00 sur la place du Sablon à la suite de la fusillade qui est survenue au Musée juif de Belgique, situé à proximité immédiate, rue des Minimes, et qui a fait trois morts et un blessé grave, a indiqué un des organisateurs de l'événement en début de soirée. Le bourgmestre de la ville de Bruxelles Yvan Mayeur est monté sur scène vers 17h00 pour annoncer la suspension du festival, ont précisé les organisateurs.

Vers 19h00, il a été confirmé que l'événement ne reprendrait pas en soirée, place du Sablon.

La programmation des autres lieux où se déroule le Brussels Jazz Marathon n'est en revanche pas perturbée.

Les figures de proue des partis flamands renoncent à leur dernier débat

Les figures de proue des six grands partis flamands ont conjointement décidé samedi soir de ne pas participer à leur tout dernier débat électoral, prévu sur VTM, à la suite de la fusillade qui a été perpétrée au Musée juif de Belgique de Bruxelles ayant fait trois morts et un blessé grave. "Nous condamnons cette terrible attaque dans les termes les plus forts et mettons ici fin à la campagne", a déclaré le ministre-président flamand Kris Peeters au nom des six partis "Par respect pour les victimes de l'attaque et leurs familles, les partis ont décidé de ne pas tenir ce dernier débat. Nous exprimons notre profonde sympathie à la communauté juive et à toutes les personnes concernées", a-t-il ajouté.

Ce débat sur VTM avait déjà été une première fois reporté après le décès de Jean-Luc Dehaene et la décision du CD&V de mettre la campagne entre parenthèses durant quelques jours.

"Nous comprenons bien sûr cette décision, que nous respectons", a réagi le rédacteur en chef de VTM Kris Hoflack


Publicité clickBoxBanner