Belgique

Des membres du mouvement des "gilets jaunes" présents devant les dépôts de compagnies pétrolières bloquent également des camions qui livrent du mazout de chauffage, déplore lundi la Fédération belge des négociants en combustibles et carburants (Brafco).

Les dépôts de Feluy et Wierde sont toujours bloqués mais la Brafco écarte tout risque de pénurie de carburant. Le dépôt de Sclessin a lui été libéré lundi matin tandis que celui de Wandre devrait être à nouveau disponible dans le courant de la journée. Des huissiers de justice y ont été mandatés pour contraindre les "gilets jaunes" à quitter les dépôts de compagnies pétrolières où ils protestent. "Des mesures de sécurité avaient aussi été prises en raison de la présence de braseros", ajoute Olivier Neirynck, directeur technique de la fédération.

Les dépôts de Feluy et Wierde restent bloqués par les manifestants.

La Brafco déplore également le blocage des camions qui doivent charger du mazout de chauffage, contrairement à ce que les "gilets jaunes" avaient annoncé ce week-end.

Elle écarte toutefois tout risque de pénurie de carburant même si le réapprovisionnement prend davantage de temps ce lundi. "Il n'y a pas de raison de paniquer, surtout que nous avons d'autres solutions en cas de besoin."

Des embarras en région liégeoise

Les accès aux dépôts sont rétablis, mais certaines conséquences sont toujours visible. Si Sudinfo rapporte que les cuves de certaines, à Sclessin et Wandre, en région liégeoise, notamment, étaient à sec, la situation ne semble pas alarmante. Interrogé par RTL Info, Olivier Neyrinck, directeur de la fédération belge des négociants de carburant affirme ce lundi que des solutions existent pour éviter la pénurie, les dépôts bruxellois et flamands étant toujours accessibles. Le temps de livraison supplémentaire pourrait occasionner des pénuries momentanées de quelques heures dans certaines stations, mais rien d'alarmant, donc.

Enfin, des perturbations sont à noter sur la E19 en direction de la France, rapporte la RTBF. Les manifestants organisent un barrage filtrant au poste frontière de Hensie

La livraison de mazout pour votre cuve pourrait être impactée

Des membres du mouvement des "gilets jaunes" présents devant les dépôts de compagnies pétrolières bloquent également des camions qui livrent du mazout de chauffage, déplore lundi la Fédération belge des négociants en combustibles et carburants (Brafco). Les dépôts de Feluy et Wierde sont toujours bloqués mais la Brafco écarte tout risque de pénurie de carburant. Le dépôt de Sclessin a lui été libéré lundi matin tandis que celui de Wandre devrait être à nouveau disponible dans le courant de la journée. Des huissiers de justice y ont été mandatés pour contraindre les "gilets jaunes" à quitter les dépôts de compagnies pétrolières où ils protestent. "Des mesures de sécurité avaient aussi été prises en raison de la présence de braseros", ajoute Olivier Neirynck, directeur technique de la fédération.

Les dépôts de Feluy et Wierde restent bloqués par les manifestants.

La Brafco déplore également le blocage des camions qui doivent charger du mazout de chauffage, contrairement à ce que les "gilets jaunes" avaient annoncé ce week-end.

Elle écarte toutefois tout risque de pénurie de carburant même si le réapprovisionnement prend davantage de temps ce lundi. "Il n'y a pas de raison de paniquer, surtout que nous avons d'autres solutions en cas de besoin."

La situation en France

Plusieurs rassemblements de "gilets jaunes" perturbaient à nouveau lundi matin la circulation automobile et des dépôts de carburants, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Opérations escargots, blocages et barrages filtrants, dont certains ont été maintenus dans la nuit, persistaient au niveau de péages, autoroutes, périphériques pour la troisième journée consécutive de mobilisation, marquée par les premiers blocages de dépôts pétroliers.

"Deux dépôts sont bloqués, à Vern près de Rennes et Fos-sur-mer (Bouches-du-Rhône), où l'accès n'est pas disponible", a indiqué le groupe Total à l'AFP, précisant que les raffineries n'étaient pas touchées pour le moment.

Plusieurs incidents ont à nouveau émaillé la nuit. A Calais, un automobiliste anglais et un chauffeur routier australien ont été placés en garde à vue après avoir touché des manifestants en forçant des barrages. A Saint-Dizier (Haute-Marne), le conducteur d'un camion a été interpellé par les gendarmes, également après avoir blessé un "gilet jaune", transporté à l'hôpital.

En Auvergne-Rhône-Alpes, des gilets jaunes se sont positionnés au péage de Limas sur l'A6 au niveau de Villefranche-sur-Saône, créant plusieurs kilomètres de bouchons, selon la préfecture du Rhône. L'accès à l'A6 était également perturbé au sud de Chalon-sur-Saône par la présence de gilets jaunes, selon la préfecture de Saône-et-Loire. Dans le Sud-Est, plusieurs barrages, parfois totalement bloquants sont installés sur l'A7, à Orange, Avignon ou encore Bollène.