Belgique

Dix membres d'une bande de trafiquants d'êtres humains ont été interpellés dans la nuit de mardi à mercredi au cours d'une vaste opération de police sur l'autoroute E40, à Wetteren. Vingt-sept migrants en transit ont également été interceptés, indique la police fédérale. 

Cette opération est le résultat d'une vaste enquête sur une bande de passeurs, précise la police fédérale. "Les membres de cette bande sont d'origine africaine et résident à Malines et Anvers. Ils ont utilisé exclusivement le parking de l'autoroute E40 Bruxelles-Ostende à Wetteren pour s'adonner au trafic de migrants en transit. Ceux-ci provenaient pour la plupart de Bruxelles. Les victimes étaient tant des hommes que des femmes, mais aussi des enfants voire des bébés. La majorité d'entre elles étaient originaires d'Erythrée, du Soudan et d'Ethiopie."

Pendant l'enquête, il est apparu que la bande utilisait un bâtiment situé à Kwatrecht, dans la commune de Wetteren. Les migrants en transit y étaient logés en attendant de rejoindre l'aire d'autoroute. Plusieurs nuisances ont été signalées sur la route vers l'E40.

L'objectif de cette opération était à la fois d'interpeller les passeurs et les migrants en transit, ajoute la police. "Tout d'abord, cinq trafiquants ont été interpellés par les unités spéciales de la police fédérale dans le bâtiment. Ensuite, les polices fédérale et locale ont procédé à des contrôles sur l'aire d'autoroute. Vingt-trois migrants en transit ont été découverts dans des camions et trois dans un bâtiment. Enfin, les forces de l'ordre ont procédé à quatre perquisitions à Malines et Anvers, où cinq autres suspects ont été interpellés.

Cette organisation a gagné beaucoup d'argent avec ce trafic, ajoute la police fédérale. "La Belgique est un pays de transit pour les migrants qui souhaitent rejoindre le Royaume-Uni. Les camions sont souvent utilisés comme moyens de transport et les aires d'autoroute sont utilisées pour les faire monter dans les véhicules. Une enquête avait été ouverte après que de nombreuses nuisances avaient été constatées sur l'aire de Wetteren."

Les dix suspects interpellés ont été déférés devant un juge d'instruction de Termonde qui décidera de leur mise sous mandat d'arrêt. Parmi les migrants en transit, quatre sont mineurs, huit disposant de documents récents ont été renvoyés vers l'Office des étrangers, et une femme a été transférée au centre fermé de Bruges. Les autres migrants ont reçu un ordre de quitter le territoire.