Belgique Des adultes poussent un adolescent noir sur la voie de chemin de fer.

Un incident à caractère très probablement raciste s’est produit, dimanche, en gare d’Aarschot. Les faits ont été filmés dans une vidéo postée sur Facebook et relayée par Radio 2. Le parquet de Louvain a ouvert une enquête.

Sur les images, on peut voir quelques adultes avoir un comportement agressif et raciste envers un jeune de 15 ans qui attend le train. La victime reste d’abord calme mais le ton monte rapidement et des coups sont échangés.

Bagarre sur la voie

L’adolescent tente vainement de se défendre, avant d’être poussé par l’un de ses adversaires sur les voies ferrées, où la bagarre se poursuit. Des passants parviennent finalement à calmer les protagonistes.

D’après Infrabel, la cabine de signalisation d’Aarschot a reçu un signalement à 15 h 43 faisant état d’une bagarre en cours sur les voies. "Notre équipe sur place a directement stoppé la circulation ferroviaire, explique Thomas Baeken, porte-parole du gestionnaire de réseau. Cela s’est fait tout juste à temps car, au moment où ces personnes étaient sur les rails, le train IC allant de Liège-Guillemins à Anvers devait passer, ce qui aurait pu être dramatique."

"Ces images sont scandaleuses, poursuit Thomas Baeken. Nous sensibilisons très souvent à la dangerosité d’une présence sur les voies. Ces personnes étaient vraisembablement tellement absorbées par leur bagarre qu’elles n’ont plus réalisé où elles se trouvaient. Mais nous ne pouvons tolérer cela en aucune circonstance."

Indignation politique

De son côté, le bourgmestre d’Aarschot André Peeters (CD&V) s’est dit choqué par la vidéo et a réclamé de fortes sanctions à l’égard des personnes impliquées dans la bagarre. "C’est extrêmement dangereux et inacceptable. Des gens auraient pu être gravement blessés voire pire", a-t-il commenté, soulignant l’utilité des caméras de surveillance installées en juin par la commune.

Le bourgmestre s’est également inquiété "du caractère raciste qui semble se dégager de cet incident". "Je suis fier qu’à Aarschot nous cohabitions tous ensemble de manière adéquate. Nous n’avons donc pas besoin de gens qui menacent cela", a-t-il conclu. Un point de vue partagé par Gwendolyn Rutten, présidente de l’Open VLD et candidate bourgmestre à Aarschot. "C’est bien que la police et le parquet interviennent immédiatement ici, a-t-elle écrit sur les réseaux sociaux. Il n’y a pas de place dans notre ville pour les insultes et les bagarres. Et c’est très clair : il n’y a pas de place dans notre ville pour le racisme."J.-C.M. (avec Belga)