Belgique

De nouvelles discussions entre le cabinet du ministre de la Justice, Stefaan De Clerck, et les gardiens grévistes de la prison de Bruges auront lieu jeudi après-midi, après qu'une nouvelle proposition de la direction locale a été refusée mercredi matin, indiquent les syndicats.

Les syndicats ne veulent discuter qu'avec la direction générale des établissements pénitentiaires ou avec le cabinet du ministre.

"Nous espérons arriver à un accord à Bruxelles sur le point sensible des jours de repos", indique Rudy Delaere du syndicat ACOD. "Nous sommes en grève car notre vie sociale est sous pression."

Plusieurs détenus ont bouté le feu à des feuilles et à du matériel mercredi midi pour faire part de leur mécontentement quant à la grève et au régime auquel ils sont soumis en conséquence de celle-ci. La police brugeoise est présente dans la prison et espère reprendre rapidement le contrôle de la situation. Selon la police, les émeutes sont inhérentes aux situations de grève de longue durée.

Trente agents volontaires de la Protection civile de Jabbeke apportent également depuis lundi leur aide à l'établissement pénitentiaire de Bruges, à la demande du directeur de la prison. Ils sont chargés d'assurer la distribution des repas et des médicaments aux détenus.

Les cinq autres unités (Crisnée, Ghlin, Libramont, Brasschaat et Liedekerke) sont également mobilisées pour faire face aux mouvements de grève annoncés dans les autres provinces.

Depuis le début de l'année, la Protection civile a déjà apporté son aide dans les prisons durant 850 jours.